Les Nécrosoris au pouvoir, la traque commence
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Revanche et rédemption.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Revanche et rédemption. Mar 6 Déc - 13:56

    Chaque jour après sa transformation l'avait confronté un peu plus à sa nouvelle réalité. Il n'étais plus humain. Il l'avait constaté à chacune de ses tentatives de se donner la mort. Au début, il plantait avec hargne des lames dans sa chair, mais seule une douleur vive lui faisait sentir qu'il avait touché un organe vital. Ensuite, il avait tenté de se noyer, de s'immoler, de se défenestrer... Mais rien n'avait fonctionné comme il l'aurait voulu. Seule la souffrance, de moins en moins persistante, revenait sans relâche. Et pourtant, il aurait voulu échapper à tout cela, s'évader dans l'inconscience qu'est le repos éternel.

    Mais petit à petit, sa manière de voir les choses avait évolué. De la détresse, il était passé à la haine. Envers celle qui avait fait de lui ce qu'il était. Et pourtant, il se sentait encore trop faible pour agir.

    Il avait trouvé refuge dans un petit village éloigné de tout, où les habitants bien que curieux restaient à distance. Après être resté quelques jours effondrés chez la vampire rousse qui était à l'origine de sa demi-mort, il avait finalement recouvré assez de forces pour se mettre en route, et regagner cet endroit, sorte de havre dans un monde qu'il ne pouvait plus voir de la même manière.

    A présent, tout lui semblait sombre, dégoûtant. Sa nouvelle perception de son environnement lui déplaisait et le fascinait en même temps. Il entendait des choses que jamais auparavant il n'aurait pu entendre, voyait l'invisible, et pouvait effleurer l'intouchable. Et pourtant, ça avait ses inconvénients. Il pouvait plus que jamais percevoir la noirceur de la vie menée par les créatures de ce monde, et cette vision poussée de ce qui l'entourait le répugnait.

    Autre inconvénient : la soif. Les premiers jours, il avait tout d'abord résisté à sa soif grandissante, ne voulant se résoudre à se livrer totalement à ses instincts, afin de se rebeller contre la chose qui tentait encore de prendre de plus en plus possession de lui. Mais au bout de quelques mois, il avait fini par craqué, se jetant sauvagement sur les villageois qui s'approchaient un peu trop près, savourant leur chair et leur sang comme de l'hydromel. Le sang avait un goût merveilleux en bouche, et malgré le fait que ce soit un déshonneur vis-à-vis de ses enseignements passés, pour rien au monde il n'aurait renoncé à se maigre plaisir dans cette seconde vie de tourments.

    C'est ainsi, enfermé dans sa cage maintenue uniquement par sa propre volonté, qu'il avait changé petit à petit, sa mentalité évoluant au fur et à mesure qu'il réfléchissait aux nouvelles réalités de son monde. Il voulait se venger. Et il le ferait.

    Longtemps après sa transformation, il se résigna à sortir de son refuge, et se mit en quête d'informations sur celle qui avait été sa cible, puis son prédateur, et qui allait redevenir une proie. Il apprit, en fouillant dans son passé auprès d'autre membres de sa famille qui, comprenant qu'il souhaitait l'éliminer, lui livrait sans problème toutes les choses qu'il désirait connaître, qu'elle avait pour ainsi dire “ vendu ” son âme pour devenir une Nécrosoris.

    Au début, il n'y crut pas. Les Nécrosoris n'était rien d'autre que des légendes. Il en aurait sans doute entendu parlé, depuis le temps qu'il faisait affaire avec toutes sortes de créatures toutes plus étranges les unes que les autres. À commencer par les humains. Et pourtant, on lui affirmait qu'elle en était une. Une immortelle.

    Le seul moyen se débarrasser d'elle dans ce cas était de devenir lui-même un Nécrosoris. Après plusieurs autres longs mois passés à chercher en vain une quelconque trace d'un Nécrosoris qui accepterait de faire de lui un immortel à son tour, l'un d'eux était finalement arrivé jusqu'à lui. S'en était suivi une période de test, pendant laquelle les nerfs de Sayanel avaient été mis à l'épreuve, et pendant laquelle la “ Mort ” avait été le maître-mot. Enfin, il avait fait son ascension.

    Plus fort que jamais et déterminé à prendre sa revanche, il était reparti en quête d'indices quant à l'endroit où elle pourrait se trouver. Malheureusement pur lui, elle avait sans doute brouillé les pistes, car il ne put jamais retrouver la moindre trace de sa venue, où-que-ce-soit. Il finit par se résigner.

    Alors, enragé et fort de sa nouvelle puissance, il avait voulu se détendre. Il faisait de longues rafles sur des villages, où il dévorait toute la maigre population, jusqu'au dernier enfant, au dernier nourrisson. Il s'abreuvait de leur sang, ce délectant de cette sensation de plénitude qui l'envahissait à chaque fois que ses crocs se plantaient dans la gorge d'une nouvelle victime.

    Mais bientôt, il fut las de ces massacres, et se retira dans une nouvelle propriété qu'il s'était acheté grâce à l'or récupéré sur les cadavres de ses proies. Pendant encore plusieurs longues années, il y resta, seul, ne sortant que de rares nuits pour se nourrir. Il avait recommencé à s'interroger sur son existence, mais cette fois-ci, la réponse ne semblait plus aussi évidente. Chaque parcelle de son corps réclamait du sang, et ne pouvant lutter contre cette envie, il décida d'employer ses nouveaux talents dans un art qui lui permettrait de planter ses crocs à foison : celui de la guerre.

    C'est dans cette optique qu'il quitta son manoir et ses terres, et qu'il se rendit à Gablod pour y trouver du travail. Après tout, il restait Sayanel, le Sombre Voleur.

    Il se promenait donc dans les allées plus que douteuses de la capitale, quand son œil fut attiré par une enseigne. La boutique, en retrait par rapport aux autres, semblait fermée de loin, mais on pouvait lire sur la porte qu'elle était ouverte à cette heure-ci. “ Le Venin du Vampire ”.

    Quand il poussa la porte, un léger tintement vint perturber le silence apparent de la boutique. Celle-ci se composait d'un comptoir, au fond à gauche, et d'une multitude d'étagères hautes sur lesquelles s'empilaient des dizaines de poisons différents, allant de la strychnine à la simple mort-aux-rats, en passant par l'arsenic. Il y avait même des plantes vénéneuse, comme la ciguë, qui ornait plusieurs étagères qui donnaient un aspect botanique à la boutique.

    Une vague de nostalgie envahit progressivement Sayanel, tandis qu'il se rappelait avec mélancolie les secrets que son feu maître lui avait enseigné. Des secrets que même le tenant des lieux ne connaissait pas.

    Sayanel s'apprêtait à visiter un autre rayon, quand, au détour d'un virage, il heurta quelqu'un. Encapuchonnée, la vampire – car c'en était une – semblait confuse. Sayanel avait lui même la tête couverte d'une capuche, et dans un élan de galanterie qui ne lui ressemblait pas, il lui tendit la main pour l'aider à se remettre debout.

    Il l'entendit d'abord, quand elle le remercia.

    Puis il la vit.

    La cascade de cheveux roux clairs, qui encadrait un visage enfantin et charmeur à la fois.

    Visage qu'il ne connaissait que trop bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Revanche et rédemption. Mar 6 Déc - 14:28

Les premiers temps, je les avais passé dans mon lit. Transformé un humain en vampire m’avait grandement affaibli (je n’ai toujours pas réussi à comprendre pourquoi) et j’ai bien du passer quelques mois dans cette auberge à Stersa. L’aubergiste, aimable, était attentionnée avec moi et la bourse que je lui avais donné ainsi que l’étalon avec lequel j’étais arrivé suffirent à la contenter. Peu à peu, j’ai noué une solide relation avec elle. Lorsque je fus en état de marcher, je me suis empressée de proposer mon aide. Elle accepta bien volontiers et le problème apparut sous un jour nouveau. J’étais paralysé. De la base de l’épaule droite, dans laquelle Sayanel avait planté sa lame empoisonnée, jusqu’au bout de mes doigts, douleur se faisait plus vive autour de sa morsure. Ce satané vampire me poursuivrait donc jusqu’à la fin de ma vie ? Il était plus grand, plus lourd, et plus agile que moi ! Et également plus âgé, donc forcément avec plus de technique. Dans une forme correcte, mes chances de gagner étaient faibles. Ainsi, elles étaient nulles. Après des saisons de silence, j’avouais enfin la vérité à l’aubergiste qui m’envoya un peu partout sur Eséphia, accompagné de son fils, pour que je visite les plus grands apothicaires, médecins, et autres. Je n’avais plus tellement d’argent sur moi, mais mon nom était un superbe laissez-passer. Je crois que ces pauvres gens allaient ensuite quémander leur pain à les géniteurs, et forcément, ils étaient bien obliger de payer pour moi.

Privé de ma mobilité, j’étais terriblement maladroite. C’était ce que je haïssais le plus. Disparue, la superbe agilité. Plus d’élégance féline, ni de mouvements sensuels. J’étais redevenue une gamine bonne rien – même si j’étais déjà une gamine à la base – et je haïssais ça. J’en voulais terriblement à cet homme, ce vampire à présent, Sayanel. Des recherches m’avaient permit de trouver son pseudonyme. « Le Sombre Voleur » Quand je l’ai découvert, j’ai été prise d’un tel fou rire…je ne sais pas pourquoi, ça faisait titre de roman. Sûr que j’ai eut l’air maligne à me tenir le ventre en m’étouffant, devant mes contacts, mais bon. Rapidement, et vu qu’il ne se manifestait pas, je l’ai oublié et me suis concentré sur la recherche de l’antidote. J’étais passé dans ma villa pour récupérer mes affaires les plus importantes, argent, vêtement, titre de propriété, me baladait de ville en ville, à la recherche d’une personne assez douée en son art salvateur pour me libérer de la malédiction qui m’oppressait. Parfois, j’envoyais un courrier à l’aubergiste, qui m’en renvoyait un court et joyeux en retour, pour me remonter le moral. Je voyageais de nouveau seule et c’était encore plus dur qu’avant. Plusieurs années s’écoulèrent ainsi, et je rassasiais ma soif de sang sur des animaux, me laissant parfois aller à un meurtre sauvage, mais jamais trop, pour que ne retrouve pas ma trace. Bien entendu, j’avais fini par retourner à mes racines. Gablod. La moderne Gablod. Sans réfléchir, j’avais décidé de m’y installer pour quelques semaines. J’avais revisité les lieux de mon enfance, m’était arrêté devant le somptueux palais de mes parents, dans lequel j’avais vécu. Il me semblait bien triste, à présent. Tout avait changé à un point qui me donnait envie de pleurer.

Et en me promenant dans les ruelles mal famées que j’avais pour habitude de fréquenter, je suis tombé sur lui. Sur elle. La boutique, l’apothicaire. Lui. Sayanel. J’étais encapuchonné, laissant ma crinière rousse retomber sur mes épaules et ma cape, qui me couvrait entièrement, me protéger du froid. Lui aussi. J’étais troublée par la multitude d’odeur, dans la boutique, et j’avais sentie la sienne, bien dissimulé, changer. Une odeur teinté de sang, mais familière. Je fus tellement surprise et inquiète quand je parvins à l’identifier que mes jambes cédèrent sous moi. Manque de bol, c’est Sayanel qui me rattrapa. Il allait me reconnaître. Galamment, il m’avait rattrapé par la main. Je l’ai remercié du bout des lèvres, de la voix la plus faible possible que j’avais…Mais non. Il a vu mes cheveux roux. Mes yeux verts. Mon visage juvénile. Et moi, je ne peux plus m’y tromper. Ses iris sanglants, ses mèches ébouriffées noires corbeaux. C’est bien le même. Je crois que c’est la fin pour moi, si c’est devenu un Nécrosoris.

« - Je t’en prie, ne me tue pas. »

J’avais supplié, je tenais à la vie malgré tout, et je ne voulais pas la perdre aussi stupidement. Ma voix était terriblement plaintive, j’avais perdu ma superbe et j’avais la sensation dérangeante d’être un appétissant canari que le chat vient d’attraper. Et tout le monde sait que les chats jouent avec leur proie avant de les manger. Dans un élan désespéré, je tentais de me dégager, mais il avait toujours la même poigne solide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Revanche et rédemption. Mar 6 Déc - 15:14

    Sayanel fixa sur la vampire un regard cruel, simple reflet de tout ce qu'il avait enduré durant les longues années précédentes. Il la dévisagea pendant un long moment, la maintenant par la seul force de sa main autour de son poignée. Elle était affaiblie. Depuis combien de temps n'avait-elle pas bu de sang humain ? Ça expliquerait son incapacité à la retrouver... Elle avait tout fait pour lui échapper. Mais enfin, il allait prendre sa revanche.

    Il ne broncha pas quand elle le supplia, ni même quand elle essaya vainement de se dégager. Il voulait savourer l'instant. Ne pas perdre une miette de la destruction de cet être infâme qui avait engendré quelque chose de bien pire qu'un simple vampire. Elle allait goûté à la puissance de sa propre “ progéniture ”.

    Quand il estima s'être assez approuver de la peur qu'il lisait dans ses yeux, il raffermit encore sa poigne, et elle poussa un petit cri, semblable à un couinement de douleur. Sayanel l’obligea à se redresser. Il jeta un vague regard en direction des étagères, en songeant qu'il allait abîmer une belle collection. Pourtant, ce fut sans l'once d'un remord qu'il l'envoya s'écraser contre tout un assemblage de fioles étranges spécialement conçues pour faire décanter les poisons.

    Le bruit amplifié par son ouïe de chasseur lui vrilla les tympans, mais il l'ignora. Il était uniquement concentré sur la vampire qui lui faisait face, et qui essayait de se relever tant bien que mal, enfonçant ses paumes dans les tessons de verre, s'écorchant la peau qui se régénérait presque aussi vite. L'avantage avec un vampire, c'est qu'on peut le faire souffrir longtemps. Pendant l'éternité, même. Mais Sayanel ne comptait pas attendre jusque là.

    En deux grandes enjambées, il fut devant elle, et l'attrapant par le col, il la colla contre le mur le plus proche, lui arrachant un autre cri. Comme il s'y attendait, le gérant de la boutique ne tarda pas à se montrer, mais Sayanel, qui avait prévu son arrivée, mit fin au problème en envoyant un couteau de lancé dans sa direction, couteau qui alla se planter entre les deux yeux du gérants, ébahis. Quelques secondes plus tard, il s'écroulait par terre, mort. La lame était empoisonnée. Mort subite.

    - On va appeler ça les dommages collatéraux, murmura-t-il à l'intention de la vampire, qui tremblait sous la pression du bras du Nécrosoris sur son cou.

    Il reporta toute son attention sur elle. Ses yeux émeraudes le fixaient, implorants. Il laissa échapper un rire rauque.

    - Tu crois qu'il me reste le moindre semblant de pitié ? Allons... Tu plaisantes, n'est-ce pas ? Tu ne crois pas sérieusement que je vais te laisser la vie sauve ?

    Figée, elle ne répondit pas. Ce qui eut pour effet d'énerver considérablement Sayanel. Dans un mouvement rageur, il la décolla du mur et l'envoya se heurter contre le sol pavé, puis se précipita sur elle et la mordit, directement dans la jugulaire, s'abreuvant de son si délicieux sang, la vidant d'avantage de ses forces.

    La sensation de plénitude le reprit de plus belle. Il aimait le goût du sang plus que tout au monde. Sa seule consolation dans sa vie de vampire. Il ne vivait plus que pour ça, à présent. Appréciant le goût fruité du nectar qui coulait le long de sa gorge, il rouvrit les yeux et les fixa sur sa victime. Elle ne le regardait pas, trop soucieuse de ne pas mourir. Elle se débattait, mais toujours vainement, et il remarqua alors qu'un de ses bras était paralysé. Un bras qui bougeait anormalement, ou plutôt qui ne bougeait pas. Il repensa avec satisfaction à la plaie ouverte lors de leur premier affrontement, la plaie dans laquelle s'était glissé son poison, celui qu'il avait confectionné.

    Enfin, il s'arrêta, quand il sentit qu'elle était sur le point de lâcher.

    - Dis-moi ton nom, lui ordonna-t-il, tandis qu'il essuyait le sang qui coulait de sa bouche du revers de la main. Je veux savoir le nom de celle qui m'a fait ça, poursuivit-il en se désignant d'un geste ample.


Dernière édition par Sayanel Valiant le Mer 7 Déc - 3:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Revanche et rédemption. Mar 6 Déc - 15:43

Il allait me faire briser en milles morceaux, cela se voyait dans son regard dément. Je n’avais plus peur, à présent, j’étais résignée à l’idée de souffrir sans même pouvoir me défendre. J’ai fermé les yeux lorsqu’il m’envoya valser contre les étagères. Les fioles se brisèrent sur moi, déversant leur contenu putride, avec un bruit sonore qui m’éclata les tympans. Dans un instinct de survie futile, je cherchais à me relever, la douleur me faisant voir le monde en rouge. Les éclats de verre s’enfonçaient dans ma peau régénératrice, cercle sans fin, vicieux et douloureux. En deux enjambées, il fut sur moi. Sans délicatesse aucune, il me saisit par le col et me cogna brutalement contre le mur le plus proche. Je n’avais plus conscience de mes actes, j’avais juste la sensation d’être un pantin qu’on malmène à sa guise.
Le gérant se montra, mais comme je m’y attendais, Sayanel le tua avec un seul couteau, épinglant le pauvre vampire entre les deux yeux. Je le hais. Peut-être m’a-t-il haït autant, sinon plus, mais dans tous les cas, je ne réalisais. Maintenant, je comprends tout à fait. Si je le pouvais, je le couperais en petit morceaux, mais ce n’était que fantasme illusoire. Je n’appréciais plus du tout ma création, à présent. Je regrettais. Pourquoi ne m’étais-je pas contenté de le tuer ?

« - On va appeler ça les dommages collatéraux. »

Sa main bloquait mon cou et je cherchais désespérément de l’oxygène à respirer. Je n’ai pas pu m’empêcher de dévisager le vampire qui allait certainement me tuer dans les minutes à venir. Je n’ai pas fait exprès, mais mes yeux sont automatiquement devenus suppliants. J’avais encore plus la sensation d’être une proie. Mais je n’étais malheureusement pas en mesure de camoufler mes expressions. Le pire, ce fut quand il éclata d’un rire sauvage. Je laissais mes paupières retomber, lasse de les garder ouvertes.

« - Tu crois qu'il me reste le moindre semblant de pitié ? Allons... Tu plaisantes, n'est-ce pas ? Tu ne crois pas sérieusement que je vais te laisser la vie sauve ? »

Non, je savais pertinemment que ma mort approchait. J’aurais seulement voulu qu’il fasse vite. Plus que jamais, je voulais qu’il me laisse en paix. Je ne répondis donc pas, il n’y avait rien à répondre. De mon point de vue, c’était juste une question pour la forme. Je crois que ça l’a agacé, car il m’envoya essuyer le sol pavé – et répugnant … - de la boutique. Le choc ne me changea pas de l’habitude et ne m’arracha pas un cri. Par contre, je ne m’attendais pas à ce qu’il se jette sur moi et me morde. En plein milieu du coup. Dans la jugulaire. En faisait un effort, peut-être que j’aurais pu le mordre aussi. Mais chaque millilitre de sang en moi était de l’énergie qui s’envolait vers lui. J’étais finie. Vainement, j’ai encore essayé de me débattre, mais c’était une lutte vouée à l’échec. Et lorsqu’il a senti que j’étais sur le point de lâcher prise, il s’est arrêté.

« - Dis moi ton nom. Je veux savoir le nom de celle qui m’a fait ça. »

Compte là-dessus et boit de l’eau ! Comme si j’allais lui dire mon nom. Ma langue avait soudain retrouvé toute sa vivacité.

« - Premièrement, être un vampire, c’est top, alors te plaît pas. Deuxièmement, tu peux toujours courir pour entendre mon nom de ma bouche. Tu peux malmener mon corps, mais je garde mon libre arbitre. Maintenant, j’aimerais bien que tu m’achèves, au lieu de jouer au barbare. Et tu dis que tu as été humain un jour, pff… »

C’était comme même un peu long pour moi, et j’ai craché mes poumons à la fin de ma tirade.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Revanche et rédemption. Mer 7 Déc - 3:07

    Sayanel vrilla ses prunelles sanglantes dans celles de sa créatrice. Pourquoi est-ce que ça ne l'étonnait pas ? Les nombreuses fois où il avait imaginé les différents manières de la tuer, il avait toujours anticipé sa réaction, et celle-ci collait parfaitement à ce qu'il avait toujours imaginé. Il bascula la tête sur le côté, soudainement las de ce petit jeu. Plus doucement, il la releva.

    - Stupide et injurieuse jusqu'au bout, n'est-ce pas ? Mais tu as raison, le pitoyable vampire anciennement humain que je suis aimerait que tout ça se finisse dans les plus brefs délais. Ça dure déjà depuis beaucoup trop longtemps.

    Son seul regret serait sans doute de ne pas avoir entendu son nom de sa propre bouche. Après tout, il savait déjà qu'elle était une Sal Thesna. Seul lui manquait son prénom. Un prénom qu'il imaginait à l'effigie de sa propre cruauté, et de son sourire écœurant.

    Il la cala de nouveau contre un mur, au fond de la boutique, à côté de nombreux schémas expliquant l'art d'empoisonner diverses lames, ayant toutes l'air plus tranchant les unes que les autres. Il aurait tant souhaité la torturer plus longtemps, l'achevé d'une manière si horrible que, repoussée dans ses plus profonds retranchements, elle lui aurait hurlé de lui épargner le semblant de vie qui lui restait. Mais le goût si délicieux de son sang régalait encore ses papilles, et il avait envie de plus.

    Même si cela lui pesait de l'avouer, le sang de la vampire était bien plus délicieux que ceux des simples autres créatures, comme le gérant qui gisait désormais par terre – et qui d'ailleurs était immangeable, au risque de s'empoisonner à son tour avec la mort subite.

    Tout cela allait s'achever. Il aurait sa vengeance, et elle la mort qu'elle méritait, après lui avoir pris sa vie. Après avoir fait de son existence quelque chose d'abstrait, de fade et d'insipide. Après l'avoir fait souffrir comme jamais auparavant il n'avait souffert. Cette douleur, il l'avait ressassé pendant si longtemps...

    Doucement, il approcha ses crocs de la plaie béante sur le coup de la vampire, qui peinait à se refermer, tant elle était profonde. Sayanel fixa un instant le sang vermeille qui coulait le long se son cou, appréciant à l'avance le goût exquis de ce dernier. Le goût de la vengeance. Sa langue effleura le liquide poisseux, et un frisson le parcouru quand il réalisa que tout cela ne servait plus à rien.

    En réalité, il le savait depuis un moment déjà. Depuis qu'il avait choisi de renoncer à poursuivre la vampire pour se consacrer aux armes. Depuis ce temps là, il avait tenté de ne plus penser à elle, d'essayer de faire quelque chose de nouveau... S'apaiser, pour passer une éternité loin de la tourmente que son envie de vengeance lui causait.

    Avec un soupir, il s'écarta. Le souffle court, la vampire le regardait, sans doute surprise qu'il ne l'achève pas, se demandant peut-être s'il allait la torturer encore. Mais non, il en avait assez. Il la regarda un moment, ses yeux verts mouillés de larmes, et dans un élan de faiblesse, il l'embrassa. Peut-être parce qu'il la trouvait belle. Ou alors juste par pitié. Ou encore parce qu'après des années passées seul, le contact physique avec une personne du sexe opposé lui avait donné envie de renouer avec une vie oubliée.

    Toujours était-il qu'au bout de quelques secondes à peine, le dégout l'envahi à nouveau, et il se détacha d'elle, avant d'enjamber les étagères brisées et de regagner la sortie. Dans son dos, il l'entendit murmurer quelque chose du bout des lèvres – son prénom peut-être – mais il ne s'arrêta pas. Pas avant d'avoir quitté la rue, le quartier, la ville, le pays.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Revanche et rédemption. Mer 7 Déc - 4:18

Je respirais difficilement, et j’ai soutenu son regard, essayant pour une dernière fois de le faire moqueur. De lui montrer que je restais fière. Il pouvait bien me découper lentement en des millions de morceaux, rien à battre ! Enfin, j’exagère. Bien sûr que je m’en souciais, mais…non, je vais m’arrêter là, je commence à m’enfoncer. Tremblante, j’attendis qu’il réponde.

« - Stupide et injurieuse jusqu'au bout, n'est-ce pas ? Mais tu as raison, le pitoyable vampire anciennement humain que je suis aimerait que tout ça se finisse dans les plus brefs délais. Ça dure déjà depuis beaucoup trop longtemps. »

Je n’étais pas d’accord avec le stupide, mais s’il voulait dire par là que j’allais l’embêter jusqu’au bout, il avait totalement raison. J’ai failli tendre le cou pour me faire mordre, imaginant très bien la plaie et la manière dont il allait en terminer, mais il me restait un semblant de fierté. Gabrielle Atalante Sal Thesna, envers et contre tous. Je ne pense pas que mon prénom l’obsède, mais il devait se dire que c’était dommage de ne pas le connaître. Pourtant, j’ai toujours aimé mon nom. Un choc brutal me ramena à la réalité. Il m’avait recalé contre un mur – il avait une fixation sur cette manière de tenir les gens, dit donc ! La goutte de douleur dans l’océan de souffrance ne fut rien et ce fut dans un état semi inconscient que j’attendais la mort. Je sentais ses crocs s’approcher lentement de la plaie qui barrait mon cou, marquant une pause un instant. Je le sentis s’abreuver de mon sang, et frissonner pour je ne sais quelle raison.

Et il fit quelque chose d’incroyable. Il recula en soupirant. Mes yeux mouillés écarquillés – j’avais donc pleuré ? -, je le fixais, surprise d’être encore en vie. Il me rendit mon regard, et soudain, m’embrassa. Quelques secondes à peine. Juste assez pour que je réalise ce qu’il était en train de faire. Que je sois dégoûtée que quelqu’un d’aussi instable que lui m’ait approché d’aussi près. Je crois que j’étais dégoûtée. Aurait-il pu en être autrement ? Pourtant, ces secondes me parurent durer des heures et lorsqu’il me relâcha, je me laissais glisser au sol. Il s’en allait, le dos tourné, sans un regard en arrière. Je ne savais pas quoi dire. Pourtant, il le fallait bien. J’ai chuchoté un faible merci tandis qu’il s’effaçait dans la nuit noire. Plusieurs heures plus tard, le temps que je me remettes des mes récents problèmes, je me glissais hors de la boutique dévalisé, et rejoignit mon auberge.
Pourquoi vivais-je encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Revanche et rédemption.

Revenir en haut Aller en bas

Revanche et rédemption.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde d'Eséphia :: Ancien Monde :: Satras :: Gablod :: Les rues-