Les Nécrosoris au pouvoir, la traque commence
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Eleana
Élite des Chasseurs de Prime ~ Résistanteavatar
Race : Filante

Compte Héros :

Messages : 656

Magie : Alpha de l'Air

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Dim 27 Mai - 12:26

Eleana tentait de reprendre ses esprits, de se relever mais en vain. Aucun muscle ne lui répondait. La fatigue l'enveloppait totalement. Son corps ne lui répondait pas, la retenant à peine. Ses bras paraissaient carrément frêles, qui étaient ses seuls appuis qui la séparait du sol, tandis que ses paupières étaient à demi fermées. Elle ne voulait pas sombrer dans l'inconscient, non. Elle détestait se sentir inutile, faible. Et c'était bien le sentiment qu'elle éprouvait en cet instant. Ce qui l'agaçait proprement et simplement. Son esprit brouillé par la fatigue ne semblait que lui souffler de fermer complétement les yeux, et de laisser le sommeil l'emporter. Mais elle demeurait butée. Non, pas s'endormir. Rester consciente. Prendre connaissance de la situation. Savoir ce qui advenait de Laurena, et ce que faisait Alcro et l'elfe. Mais elle n'y parvenait pas. La jeune femme se sentait vidée de toute énergie, ce qui était le cas. Si bien qu'elle ne parvenait pas à relever la tête pour savoir ce qui se passait autour d'elle. Comment se portait Laurena, ce qui était advenu du dragon, ce que faisait Alcro et le jeune homme silencieux et agressif. Mais non. Et c'est vaincue par sa fatigue, qu'elle tomba dans les bras de Morphée, transportée dans l'inconscience que lui offrait son esprit.

La jeune Filante reprit conscience dans un endroit inconnu. Elle ouvrit les yeux, sa vision se brouilla à son réveil presque brutal, avant de s'adapter suffisament pour qu'elle puisse discerner un plafond qu'elle identifia comme celui d'une grotte. Elle releva doucement la tête, incertaine de ses capacités physique. Eprouvant une légereté et un sentiment étrange de planitude, elle redressa complétement le haut de son corps pour contempler l'endroit dans lequel elle se trouvait. C'était une grotte aux paroies rocheuses, de nombreuses pierres de toutes failles joncheaient le sol. Une légère fumée se propageait dans l'air, lui faisant retrousser ses narines sous l'odeur de brûler. La jeune femme se leva, agréablement surprise de constater l'absence de douleur musculaire ni de sentiments autres. En fait, elle ne ressentait rien du tout. Hormis un sentiment de légèreté et de liberté. C'était comme si elle était droguée, mais ce n'était pas le cas. C'était plutôt comme si elle n'était pas vraiment dans son corps, comme si elle flottait. Transportée dans un endroit presque irréel. C'est là qu'elle identifia la raison de ces indicateurs relevés : Elle rêvait. D'un endroit qui ne lui disait rien, mais éveillait sa curiosité. Pourquoi était-elle là, ici ? Un grognement l'alerta, lui fit hérisser les cheveux sur sa nuque, ce qui eut pour effet de la faire retourner. Elle avait beau rêver, elle n'oubliait pas ses reflex. C'est alors qu'Eleana pu appercevoir une grosse masse rouge boouger faiblement avec des bruits sonores. Avec effarement, elle identifia sans aucune difficulté un dragon. C'est en reculant d'effarement qu'elle chuta à cause d'une pierre et s'étala de tout son long sur le sol, sur le dos. Sa chute avait entraîné l'attention du dragon qui, reveillé brusquement, avait lever la tête et s'était redresser et retourner en ressantant la présence de l'intruse. Son opposant était gigantesque, sa peau recouverte d'écailles pourpres épaisses, de longs crocs aiguisés ornaient sa grande gueule impressionante, sa queue fouetait l'air comme un tic nerveux, ses gros yeux rouges brillaient sous le coup des émotions qu'éprouvaient vraisemblablement le dragon. Les yeux de la bête la déstabilisa profondément, car en croisant son regard, Eleana crut discerner des effroyables flammes danser dans ses yeux. Elle ressentit un frisson parcourir son échine. Elle n'avait jamais été à l'aise en présence d'un dragon. Même si elle en possédait elle-même un, elle ne s'en servait que rarement. Elle l'avait eut tout simplement à cause de sa puissance et des capacités qu'il offrait. Car à la simple vue des yeux d'un dragon réussissait à déconcerter complétement la jeune femme brune. Sa seule crainte, qu'elle n'avait jamais avoué, était bel et bien le feu. La vue des flammes, l'odeur de bruler, le son des flammes qui crépitaient lui faisaient repenser à des souvenirs désagréables qui avait entraîner une véritable peur du feu. Du haut de ses huit ans, elle avait vu le village qu'elle habitait à l'époque dévasté par les flammes. Elle revoyait encore le corps de l'immense reptile voler au dessus des maisons avant d'envoyer des immenses jets de feu. Elle entendait encore les cris des habitants qui hurlaient. Elle sentait encore les odeurs désagréables qui l'avaient réveillée de son sommeil : l'odeur du feu, l'odeur de décomposition, l'odeur de la fumée. Elle ressentait encore son incompréhension face au désastre auquel elle avait assister en regardant à travers la fenêtre de sa chambre. Agenouillée sur son lit, elle avait observer à travers la fenêtre ce qui se passait dehors. N'ayant jamais vu de flammes, la jeune Filante ne savait pas ce que c'était à l'époque. Elle se souvenait encore de l'état de panique de son frère aîné, qui l'avait entraîné elle et le cadet hors de la chambre. Leur mère les avait rejoint, et malgré l'état qu'elle avait à cause de sa maladie, elle les avait fait sortir par la sortie de derrière. Ils avaient fuit le village enflammé, courru à travers ce dernier, enjamber les corps à terre et les débris, serpenter dans la foule paniquée. C'est là qu'Eleana avait vu l'énorme dragon qui fonçait sur les maisons, elle avait croisé son regard. Inexpressif, agressif, colérique, et surtout, assoiffé de sang. Insousciante et ignorante du danger, elle n'avait fait que le regarder approcher, figée sur place. Le cri de son frère ne l'avait pas sortie de sa stupeur, mais ses bras l'entourant brusquement l'avait forcé à se baisser de justesse avant qu'un jet de flamme jaillise au dessus d'elle. Un cri d'agoni derrière elle avait retentit, un homme se tordait de douleur au sol, les flammes dévorant son corps. Et il hurlait. Ce cri qui lui avait fait monter les larmes aux yeux, et l'avait fait ressentir pour la première fois de sa vie un sentiment jusqu'alors étranger : La peur. Heureusement pour eux, elle et sa famille avait fuit le danger, et s'étaient sauvés, en vie. Ce qui n'était pas le cas de tout le monde. Nombreux avaient péri. Et ce souvenir l'avait longuement hanté, et une peur s'emparait d'elle au moindre contact avec du feu. La jeune femme ne l'avouait pas ouvertement. Non, ressentir de la peur était méprisable dans son métier et dans son éducation. Mais elle ne contrôlait pas cela. C'était instinctif. Elle ne parvenait pas à lutter contre ça.
C'est alors qu'un éclat vint la tirer de ses pensées, Eleana baissa les yeux vers les pattes de la créature qui se dressait fièrement devant elle, plus menaçant que jamais. Quelque chose avait attiré son attention. Et cet objet n'était autre qu'un bijou qui encerclait une griffe de la patte droite du dragon rouge. Un anneau doré avec un rubis qui dominait la bague par son éclat pourpre envoutant. Son regard demeura braqué sur celle-ci, et c'est lorsqu'elle apperçu son reflet à l'intérieur du rubis qu'elle fut enlever brusquement de son songe.

Eleana se réveilla doucement et lentement. Mais n'ouvrit pas les yeux. Elle se sentait bien, à l'aise, réchauffée par un sentiment de sécurité qui la rendait appaisée. Elle inspira lentement, comme pour feigner une respiration endormie. Une odeur lui effleura les narines, une odeur agréable qui aurait pu la faire sourire de contement si elle n'aurait pas alors ressentit une douleur musculaire partout dans son corps. Par Merlin qu'elle avait mal de partout ... C'est alors qu'elle prit conscience des bras qui la soutenaient. Des bras puissants mais toute fois rassurants. La jeune femme brune ne savait pas dans lesquels elle reposait, mais elle s'en fichait. Elle ne voulait pas les quitter, tant elle se sentait à l'aise. Elle avait envie de s'endormir une nouvelle fois, dans ses bras, transportée dans des rêves ... Le dragon, pensa Eleana. Ce qui eut pour effet de la réveiller soudainement. Elle ouvrit délicatement les yeus en battant des paupières. Sa vue se réadapta, et ce qu'elle vit l'étonna légèrement. La jeune Filante apperçu non loin de là où elle se trouvait Laurena et l'elfe, qui se tenaient à une distance respectacle. Comme si la simple distance réussissait à calmer leur esprit vengeur. Enfin du moins, à le diminuer suffisament pour arrêter de se sauter à la gorge à la moindre occasion. Elle ne fit guère attention à leurs expressions faciales et celles de leurs regards. Elle voulait savoir qui lui procurait cet instant si rassurant. C'est alors qu'elle se mit à contempler le visage doux mais sérieux de son Gamma. Le sérieux qu'il abordait rarement le rendait attirant, si bien que cela lui fit légèrement fronçer les sourcils. Mais pas pour ça. C'est alors qu'Eleana croisa son regard, et ses émotions qui commençaient à faire surface s'évanouirent subitement. Le regard vert émeraude du jeune homme réussit à la faire inintéréssée par ses propres pensées. Son sourire ne fit que la rendre encore plus embarassée, mais elle ne rougit pas. Non, il manquerait plus qu'elle affiche clairement ses émotions devant leurs deux spectateurs qui devaient sans doute se lasser de cela. C'est comme ça qu'elle reprit conscience de la situation délicate. Elle, dans les bras d'Alcro, face à Laurena et au jeune homme. Elle, une fière Filante, affaiblie, dans les bras de son Gamma, de son élève, devant une de ses semblables et d'un potentiel ennemi. Son orgueil et sa fierté la convaint de s'échapper de ce contact qui pourtant la rendait bien. Voyant que le jeune homme aux cheveux d'ébène ne semblait pas vouloir la lâcher, elle prit la parole.

-Hum, Alcro, je pense que je peux marcher maintenant.

Son ton n'était pas agressif. Ni doux. Seulement neutre mais qui malgré ses précautions, laissait entrevoir son trouble.

Alcro la lâcha finalement, mais avec douceur. Par précaution sans doute. Habituellement, elle aurait rouler des yeux et aurait râler qu'elle n'était pas en mousse et pouvait se débrouiller toute seule. C'était ce qu'elle aurait fait, mais pas avec lui. Elle savait très bien que sa l'aurait vexé, et elle ne pouvait se permettre de faire cela. Ce n'était pas correct. Alors que lui voulait seulement ... l'aider ? L'idée d'avoir eut besoin d'aide avait beau lui être désagréable, elle était malgré tout touchée par l'inquiètude qu'elle avait lu dans le regard de son élève.


La jeune femme brune, une fois posée à terre, tituba légèrement mais fut rattrapée de justesse par le jeune homme. Décidément, ce n'était pas son jour. Je me ramolis ou quoi, se dit-elle avec exaspération. Comme elle détestait être dans cet état. Une grimace s'échappa de ses lèvres en sentant ses muscles raidis et son corps encore endoloris. Elle avait bien moins mal que toute à l'heure, son petit instant de repos l'avait légèrement ravitailée. Mais bon, pas entièrement.

Soudainement mortellement inquiète, elle s'avança vers Laurena. N'ayant pas vu ce qui c'était passé, elle ne savait pas ce qui avait suivit son intervention. Ignorant l'elfe au passage déliberrement. Non, elle n'avait pas oublier ce qui s'était passé avant l'attaque du dragon. Et elle comptait bien lui faire payer. Pas maintenant, elle attendrait le moment venu.

Une fois face à son amie, elle fut soulagée de constater aucune blessure grave. Et le simple fait de la voir debout la rassurait. Non, elle avait réussit. Comme toujours.

-Que s'est-il passé ? S'enquit-elle, son inquiètude se laissait entendre dans sa voix.

Après un sentiment de méfiance, elle tourna la tête vers l'elfe et le fusilla du regard. Une autre baguarre entre eux s'était déroulée, d'après l'état des corps de l'elfe et du jeune homme derrière elle. Et elle ne savait pas pourquoi, mais elle se doutait que l'elfe y était pour quelque chose. Peut-être le déclencheur. Allons bon, Laurena les avait sauvé la vie et lui, n'avait-il réussit qu'à engendrer une baguarre pour la remercier ?



-Tout va bien ? Demanda-t-elle, d'une voix plus froide qu'elle aurait voulu.

Enfin, cela était plus particulièrement adressé au jeune homme. Même si son regard s'était de nouveau posé sur son amie Filante. S'il avait osé faire un pas de travers, elle n'hésiterait pas à lui régler son compte. Et elle ne se soucierait pas de leur quête. Oh non, elle n'aurait pas refouler la tentation. Mais d'un côté, qu'est-ce qui prouvait ce qu'elle avançait ? Autant, il n'avait rien fait. Et elle s'emportait pour rien. Comme bon nombre de fois, son côté Humain calma et surpassa son côté Filante. Elle lui donnait inconsciemment une seconde chance. Oui, elle commençait à se ramolir ... Mais elle comptait y remédier dans peu de temps.

[HRP : Ouais, elle soupçonne Zo' ._. Que c'est beau l'amitié n'empêche *PAN*]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zohéir X'enlil
Élite des Assassins ~ Neutreavatar
Compte Héros :

Messages : 753

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Lun 28 Mai - 1:32

    Le combat ne s’éternisa pas. Laurena, dont les forces d’Eleana lui étaient venues en aide, finit par glisser malencontreusement du dragon et se rattrapa de justesse à la corde de la dague, toujours fichée dans la chair du reptile géant. Malheureusement, l’arme finit par lâcher prise elle aussi et la Filante tomba dans le vide, vers une mort certaine. Malgré la concentration de Zohéir sur son combat, il perçut le cri de détresse de son ennemie qui piquait droit vers le sol rocheux. Il serra les dents. Non pas qu’il apprécie ne serait-ce qu’un peu Laurena mais le fait qu’elle meurt maintenant ne faisait qu’accentuer la gravité de la situation. Mais l’assassin oubliait que la Filante maniait la magie, elle aussi. Elle se retourna dans les airs et eut juste le temps de ralentir sa chute avant d’heurter violemment le sol. Durant quelques secondes qui parurent interminables, elle ne bougea pas un membre, inerte. Puis finalement, elle se releva difficilement et vint en aide à Eleana avant de la transporter à l’abri dans la faille exigüe. Et enfin, malgré ses blessures, elle se joignit elle aussi au combat.

    Zohéir égorgea un nouvel ennemi en parant l’attaque d’un autre. Près de lui, il put observer qu’Alcro tentait du mieux qu’il pouvait de garder les assaillants en vie en les assommant. L’utilité de ce geste échappa complètement à l’elfe mais il était trop concentré sur son combat pour vraiment s’en soucier. Il ne prit attention qu’au jeune homme qui s’élança ensuite vers Eleana pour la protéger. Finalement, quelques minutes plus tard, les corps des brigands jonchaient le sol. Zohéir dégaina deux couteaux à lancer et ces derniers terminèrent fichés dans le front des deux assaillants qu’Alcro s’était abstenu à tuer. Pendant ce temps, le jeune homme avait pris dans ses bras la Filante inconsciente et se retournait vers Laurena et le misanthrope. Celui-ci observait le sol ensanglanté. Ses mains s’étaient délibérément mises à trembler lorsque le combat avait pris fin et que l’adrénaline parcourait encore les veines de Zohéir. Pour se contenir, il serra fort la garde de son poignard, à en avoir mal aux phalanges. Il cligna des yeux à plusieurs reprises, s’obstinant à détacher son regard des cadavres qui jonchaient le sol. Il finit par se détourner tant bien que mal de cette scène si habituelle pour lui et reporta son attention sur Alcro, qui semblait avoir pris la parole. Zohéir ne saisit pas ses mots, il était ailleurs. Pourtant, vu la réaction de Laurena, il put sans peine deviner la question que venait de poser le jeune homme aux cheveux noir ébène.

    Ce qu’ils devaient faire ? Il n’y avait qu’une seule chose : s’ils désiraient vraiment trouver ce dragon, le tuer et, potentiellement, lui dérober sa bague, ils devaient se mettre en route tout de suite. Et surtout, mettre le plus de lieux possibles entre ce carnage et eux, avant que de nouveaux bandits ou d’autres dragons ne fassent irruption ici. Un accord tacite passa entre eux trois et ils se remirent en route. Où ? Ils ne le savaient pas vraiment. Tout ce dont ils pouvaient être sûr c’était de suivre cette ligne rouge tracé sur les morceaux de carte. Les montagnes en question se trouvaient à l’horizon, là où le soleil ne tarderait pas à se coucher. Il ne leur restait que deux heures tout au plus avant que la nuit tombe, il fallait se dépêcher s’ils voulaient trouver un endroit où passer la nuit en sureté et ne pas être surpris par l’obscurité. Ils cheminèrent en silence, Alcro portant toujours Eleana. Lorsque cette dernière finit par reprendre lentement conscience, le visage du jeune homme s’illumina. Laurena ouvrait la marche, suivit de Zohéir qui restait quelques pas en arrière et d’Alcro qui avait, sous la demande de la jeune Filante, relâché Eleana. Cette dernière tenait difficilement debout et se retint à Alcro pour ne pas tomber, la mine dépitée. Zohéir ignora le lien fort qui semblait régner entre le jeune homme et la Filante et s’apprêta à reprendre la route quand Eleana demanda :

    - Que s'est-il passé ?

    L’inquiétude se lisait pourtant clairement dans sa voix. Elle se tourna soudain vers le misanthrope et le fusilla du regard. Le jeune elfe baissa les yeux. Il avait bien compris les sous-entendus dans la question de la Filante : elle pensait sans aucun doute que c’était encore de la faute de Zohéir. Pourtant cette fois-ci, il était innocent. Au contraire sans lui, Eleana aurait eu beaucoup plus de mal à être protégée. Mais le misanthrope ne dit rien, ne fit rien. En réalité, après avoir quelque peu baissé la tête et détourné le regard, il ne bougea plus. Il ne pouvait pas se défendre dans ce genre de situation, et ne pouvait qu’attendre. Finalement, s’aidant tant bien que mal de la carte, ils reprirent la route. Zohéir avait fini à l’arrière et laissait une bonne distance entre ses « compagnons » et lui. Comme ça s’il désirait partir à un moment ou un autre, il en aurait toute la liberté. Et il possédait toujours son bout de carte, techniquement parlant. Donc à un moment ou un autre, les autres auraient besoin de son aide. Mais lui, il n’avait envie d’aider personne pour l’instant, surtout pas les gens qui l’accusaient à tort, ce qui était pour l’instant le cadet de ses soucis.

    Lorsque le soleil finit par disparaître derrière la chaine montagneuse et que les premières étoiles apparurent dans le ciel nocturne, les quatre compagnons firent halte près d’un lac pour la nuit. Ils allumèrent seulement un feu de fortune. Les premiers petits monts se dressaient déjà çà et là, annonçant le début imminent des hautes montagnes. La surface miroitante du lac reflétait aisément le croissant de Lune mais l’eau restait chaude, sûrement due à la température élevée des Terres des Cendres. Zohéir s’assit à une bonne distance des autres, il avait besoin d’être seul. Comme toujours. Furtivement, alors que la nuit était maintenant tombée, le misanthrope se fondit dans l’obscurité environnante et se cala contre un rocher près du lac, un peu à l’écart. Ce fut seulement à cet instant qu’il relâcha enfin la garde de son poignard et rengaina son arme. Il posa son pouce droit sur sa paume gauche et le serra dans ses doigts tremblants. Ses yeux écarquillés restaient rivés sur un point inexistant sur la surface de l’eau. Les épaules de Zohéir se secouaient de façon irrégulière elles aussi. L’adrénaline s’étant dissipée dans son corps, le misanthrope n’arrivait pas à contrôler la crise d’épilepsie qui menaçait de troubler son esprit fragile et instable. Retenant tant bien que mal ses bras près de son corps, il finit par enlacer son torse et se balança lentement d’avant en arrière, comme pour s’apaiser.

    Zohéir ne craignait pas la nuit. Etant insomniaque depuis sa plus jeune enfance, il avait appris à la connaître et à devenir son complice. Mais Laurena serait sûrement forcée de s’endormir à un moment ou un autre, après ce qu’elle avait vécu aujourd’hui et la fatigue qui devait sans aucun doute peser sur ses épaules. Le misanthrope allait la tuer cette nuit. Il la haïssait à un tel point qu’il était même prêt à ensuite se faire saigner par les deux autres pour mettre fin à ses jours. Les épaules et les bras de Zohéir furent secoués de spasmes qu’il ne contrôlait pas. Il serra les dents. Il souffrait de sa folie, même s’il ne le montrait pas. C’était peut-être pour partager sa souffrance qu’il tuait ainsi et qu’il était un assassin ? Oui, cette nuit serait la dernière de Laurena.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Il y a à peine un instant, on m'a regardé pour toujours.
On n’est pas misanthrope pour rien, ni philanthrope pour les autres.
I'm Bro. The only Bro.




ZagZag, Cow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurena
Résistanteavatar
Race : Filante

Compte Héros :

Messages : 392

Magie : Mage de lumière

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Lun 28 Mai - 8:01

Une fois nos assaillants tous morts, je rangeai ma dague et pris le temps de reprendre ma respiration. Je fermai les yeux et soufflai doucement. Tous les évènements de ces quinze dernière minutes se sont passée tellement vite. D'abord, ce dagon qui surgit. Je saute sur son dos, j'arrive à le maitriser mais je n'ai plus assez de force pour m'en sortir. j'appelle Eléana qui me donne son énergie avant de lancer un éclair sur le dos du dragon, à quelques centimètres de moi. Je tombe et j'échappe à la mort de justesse. Eleana est morte de fatigue et s'évanouit pendant que l'elfe et l'animux sont en train de combattre je ne sais qui. Je les rejoinds, on tue tous nos assaillents sans savoir ce qu'ils voulaient et nous voilà dans de beaux draps. Génial ! Alcro prend la jeune Filante dans ses bras et se tourne vers nous :
- … Bon, on fait quoi ?
La question semble si mal placée ... Mais il a raison. Qu'est ce qu'on est sencé faire ? Commencer par déchiffrer la carte serait une bonne chose. Mon regard se pose sur on amie Filante, toujours dans les bras de l'animux. Je culpabilise (et ça ne m'arrive pas souvent) car c'est à cause de moi qu'elle est comme ça, pour moi. Je la voix alors ouvrir doucement les yeux, mais elle ne bouge pas. Ce geste (ou plutôt le fait qu'elle ne fasse rien) pique ma curiosité. Je sais que mon amie n'aime pas se montrer faible devant les autres. Alors pourquoi reste-t-elle comme ça ? Quels sont les sentiments réels entre Alcro et Eleana ? Amitié ou bien plus ? La scène pourrait presque parraître irronique : deux amoureux et deux ennemis mortels réunis. N'importe qui se serait mis à rire à cette idée. Mais franchement, le moment est plutôt mal choisi.

Après quelques instants, Eleana demande d'un ton neutre à son porteur de la lâcher. Elle veut se rattraper mais je sais maintenant à quoi ils jouent tous les deux. L'animux s'exécute et mon amie se tourne vers moi.
-Que s'est-il passé ?
J'esquissai un sourire en coin. Je suis contente qu'elle se soucie de mon sort même s'il n'y a pas de quoi. Puis elle se tourna vers l'elfe et lui jeta un regard noir. C'est vrai qu'après ce qu'il lui a fait, elle ne doit pas le porter dans son coeur non plus. Temps mieux. Quelqu'un qui est contre lui est avec moi. Puis, la Filente dis froidement :
-Tout va bien ?
Elle s'était retournée vers moi mais elle posait aussi la question aux autres. Je hochai la tête en signe d'affirmation.

Le soleil allait se coucher dans approximativement deux heures et il faudrait trouver un lieu sûr pour la nuit. Après avoir tant bien que mal déchivré la carte, nous nous mîmes en route vers une chaine de montagnes mais après quelques heures, nous dûmes nous arrêter pour dormir.

L'elfe s'éloigna du petit groupe et je le regrdai partir sur le bord du lac non loin duquel nous allons essayé de dormir. Je mange une de mes provisions emportées avant mon départ. Nous avons jugé préférable de ne pas allumer de feu pour ne pas attirer des éventuels prédateurs. Et après quelques heures, Eleana, Alcro et moi décidons d'aller coucher. Mais, depuis que nous sommes arrivés ici, je n'ai plus revu l'elfe. Que fait-il ? Bien sur, je comprends qu'il ne me fasse pas confiance et que le fait de dormir à côté de moi serait un sacrilège mais d'un autre côté, j'aurais fait la même chose à sa place.

Je me couche sur le sol et dépause l'arc de Kaël et ma dague a côté de moi. Je me mets sur le dos et contemple les étoiles. Je n'aime pas vraiment la nuit. Je m'y sens faible. Je maitrise la lumière, pas l'ombre. Et mes pouvoirs sont nettement affaiblis la nuit. Mais heureusement, je dors la nuit. Et l'elfe ? Je deviens anxcieuse à ces pensées. Je n'ai pas la force de veiller toute la nuit, surtout après l'éprouvante journée que je viens de passer. Mais malgré ça, après plus d'une heure alongée dans le noir, je ne parviens pas à trouver le sommeil. Je me tourne vers mes compagnons. Eleana semble dormir et l'animux aussi. Dommage, j'aurais tellement voulu parler à mon amie Filante. D'habitude, je me contre fiche des histoires de coeur des autres, c'esat dans ma nature de guerrière. Mais j'aurais tout de même aimer mettre les hcoses au point avec elle. Et après quelques minutes perdue dans mes pensées, je finis par m'endormir.

Je me trouve dans les bois, dans la forêt de Tivnia. Je suis en train de me balader, sans arme. Cela me trouble car je ne pars jamais sans arme, mais ça ne me dérange pas, pas pour l'instant. Je vois soudain les buissons bouger devant moi. Je m'arrête instantanément et voix un loup surgire de la végétation. La créature s'approche en grognant, me forçant à reculer. Puis, sans crier gare, il se jète sur moi et me cloue au sol. Mais, quand je réouvre les yeux, ce n'est plus un loup qui se trouve devant oi, me tenant aux poings, m'empêchant de bouger. Il s'agit maintenant de l'elfe. J'essaie de me débattre mais impossible de bouger. Je veux lui asséner un coup de genou dans l'estomac mais mes jambes refusent de m'obéir. L'elfe me regarde et dévoile un sourire carnassier. Je ne peux rien faire. J'essaie d'hurler, comme si quelqu'un pouvait m'entendre. Mais mon cri reste coincé dans ma gorge. L'elfe sort sa dague qui reluie sous l'effet de la lune. Puis, me l'enfonce profondément dans la gorge.

Je me réveille en sursaut, mais je n'ai pas bougé. Je suis toujours sur les terres de cendre, entourée d'Eleana et d'Alcro. Je porte ma main à ma gorge, craignant de la voir transpercé d'une dague mais je la retrouve intact. Je me redresse et regarde autour de moi. Il fait toujours nuit et je n'ai aucune idée de l'heure qu'il est. Je me lève et pars faire un tour sur les rives du lac. De toute façon, il y a peu de chance que j'arrive à me rendormir tout de suite avec le cauchemard que je viens de faire.

Je me penche au dessus de l'eau et contemple mon reflet éclairé par la lune. Je trempe mes mains dans l'eau de sorte à ce qu'elles aient une forme de récipient. Puis, je m'asperge le visage d'eau. des coutellettes ruisselles le long de mon menton. Je veux prendre ma dague dans mes mains pour me rassurer quleque peu (de quoi ? je n'en ai aucune idée). Mais elle n'est pas dans son fourreau. Je me revoie encore la poser à côté de mon arc avant de m'endormir. tant pis. Après tout, le "campement" (si on peu appeler ça comme ça) est à moins de cent mètres d'ici. Qu'est ce que je risque ?



[Hors RP : Zohéir, comme je te tends pas une perche là ! De toute façon, ce n'est pas aujourd'hui que je vais mourir (même si 4a semble plutôt mal parti ...) !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fartheraway.creer-forum.com
Alcro
Élite des Voleurs ~ Résistantavatar
Compte Héros :

Messages : 770

Magie : Gamma de l'Air

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Dim 3 Juin - 5:28

Après quelques minutes qui parurent insoutenables pour Alcro, Eleana finit par ouvrir les yeux. Elle bougea légèrement, comme émergeant des méandres de songes difficiles. Sa fatigue reprit le dessus, et elle n'eut tout d'abord pas le courage de quitter les bras protecteurs de l'animux. Celui-ci sourit tendrement devant la jeune femme, soudain redevenue enfant …
Et puis le retour à la réalité.

« - Hum, Alcro, je pense que je peux marcher maintenant. »

Son ton n'était en rien doux ou cassant, simplement, il sut percevoir le trouble qui germait en elle. Doucement, il la fit glisser à terre et la soutint quelques instants, afin qu'elle retrouve son équilibre. L'incroyable orage qu'elle avait provoqué l'avait littéralement vidée de ses forces. Soudain, les souvenirs de celui-ci, et de l'attaque du dragon semblèrent refaire surface. Elle releva la tête d'un geste brusque et marcha maladroitement jusqu'à son amie Laurena. Alcro fut surpris de sa démarche ferme et quelque peu agacée, ainsi que de son port de tête lorsqu'elle dépassa Zohéir.
Menton relevé, colonne droite. Le message était clair : Elle en voulait à l'elfe.
Elle s'arrêta devant son amie, l'examina du regard quelques instants et le relâchement de ses muscles trahirent son soulagement. Laurena se portait bien malgré quelques blessures.

« - Que s'est-il passé ? » demanda-t-elle, inquiète.

Elle se détourna de la Filante et fusilla littéralement Zohéir du regard. Ses yeux gris tempêtes étaient lourds de sens. Alcro ne comprit d'abord pas la raison de cette rancune, dirigée vers l'elfe.
Jusqu'à ce que ses yeux tombent sur ceux de Laurena. Ceux-ci fixaient le jeune homme muet. Remplis d'une rancune bien plus grande qu'Eleana.
Son Alpha avait dû immédiatement penser qu'une nouvelle bagarre avait éclatée entre les deux ennemis, puisque, vidée de son énergie, elle s'était évanouie avant que leurs assaillants ne débarquent et qu'un combat mortel s'en suive.

« - Tout va bien ? » siffla-t-elle froidement à l'intention de l'elfe.

Il ne répondit pas, comme à son habitude, Son regard fuyait simplement celui des deux Filantes, comme pour attendre que l'orage passe.
Tandis que le ciel revêtait ses teintes rosées et orangées, annonçant le coucher imminent du soleil, les quatre compagnons – si le groupe pouvait toujours être ainsi désigné, se remirent en route après avoir tenté de déchiffrer une nouvelle fois leurs morceaux de carte. Ils progressèrent dans un silence monstre, Laurena en tête du groupe, Zohéir, loin derrière. Ci et là, la terre prenait du relief, annonçant le début du règne des montagnes. Parfois, l'écho sourd du hurlement d'un dragon venait jusqu'à eux, comme pour les avertir qu'ils venaient de pénétrer en terres interdites. Ils firent halte aux bord d'un lac aux noirs plus noires que le ciel devenu ancre, allumèrent un feu avec les moyens du bord – à savoir le peu de bois qu'il leur restait, les environs étant dépourvus de toute végétation . Alcro ne remarqua l'absence de l'elfe qu'au moment où ils décidèrent d'aller se coucher. Des rochers sortaient de terre, tels les crocs acérés d'un monstre attendant son repas. Ils s'installèrent près d'eux, tentant, tant bien que mal, de trouver une position agréable sur ce sol dur jonché des cailloux. Alcro se glissa furtivement aux côtés d'Eleana, que le visage était très légèrement éclairé par les flammes mourantes de leur feu. Elle semblait à la fois épuisée, mais prête à se battre à tout moment. Il sourit, détourna les yeux vers le ciel devenu scène emplit de lumineuses danseuses. Voilà bien longtemps qu'il n'avait vu pareil spectacle, la pollution lumineuse de la ville l'empêchant de profiter des cieux sous le règne de la Dame immaculée.


« - Tu sais, tout à l'heure, l'elfe n'a rien fait. Tu t'es évanouie et des hommes nous ont encerclés. »

Il marqua une courte pause, son regard émeraude plongé dans celui de son Alpha.

« - Au contraire, sans lui, tu serai peut-être morte à l'heure qu'il est … il s'est battu comme personne … Je ne le connais pas, mais il n'a pas l'air d'avoir un si mauvais fond. Ne lui en veux pas. »

Et tandis qu'il apaisait la rancune d'Eleana …
… Il ne se doutait pas qu'aux bords du lac, une lutte sanglante entre une Filante et un elfe était sur le point d'éclater.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleana
Élite des Chasseurs de Prime ~ Résistanteavatar
Race : Filante

Compte Héros :

Messages : 656

Magie : Alpha de l'Air

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Mer 6 Juin - 3:52

L'elfe baissa piteusement la tête, comme s'il craignait croiser son regard. Eleana posta ses mains sur ses hanches, le dos droit, l'air sévère. Mais il ne releva pas la tête. Et le silence qui accompagnait ses questions ne l'aida pas à assouvir son ignorance quant à ce qui s'était passé précédement. Elle détestait ne pas savoir, et être consciente de son ignorance ne la rendait que plus frustrée.


Finalement, l'air de rien, comme si elle n'avait pas ouvert la bouche, ils s'aidèrent tant bien que mal des morceaux de cartes qu'ils avaient rassemblés pour se guider en ce territoire hostile. Puis ils se mirent tous en route dans un silence morne. Ce qui ne dérangea nullement la jeune femme brune. Ils pouvaient bien parler ou se taire, elle s'en fichait. Le silence ne la dérangeait pas. Même si celui-ci était presque tendu entre eux. C'était comme si personne n'osait le rompre, comme si c'était un accord trancite entre eux de rester silencieux. Ce qui frustrait le plus la jeune Filante était les réponses qu'elle attendait et qui, bien sûr, n'étaient pas venues. Pourquoi avait-il fallut qu'elle rate cela ? Ah oui, le fait d'avoir été agressé par l'elfe l'avait affaiblit, et le fait d'avoir donner son énergie à son amie Filante n'avait fait que la plonger encore plus dans la faiblesse. Elle retint de peu un grognement de frustration. Ses épaules se décontractèrent tandis que ses poings se décrispèrent en pensant que cela avait beau être frustrant, cela avait aider Laurena. Et le simple fait de supposer à ce qui aurait pu arriver si elle n'avait pas agit fit disparaître toute sa frustration et son agacement. Oui, elle avait fait ce qu'il fallait. Elle ne devait pas regretter. La jeune femme ferma les yeux un instant et soupira, tout en continuant sa marche. Plus que tout, elle désirait s'arrêter un moment et se plonger dans ses pensées, sans penser à ce qui était arrivé autour d'elle. Ou plutôt, elle ne voulait plus penser. Mais se concentrer l'espace d'un instant sur la plénitude qui régnait autour d'elle. C'était comme un manque qui se faisait ressentir. Eleana souhaitait s'unir avec l'Air. C'était comme une connexion permanente. Et voilà pas mal de temps qu'elle ne l'avait pas exercer. Et cela lui manquait. Pouvoir sentir le Vent dans chaque ports de son anatomie, ressentir le pouvoir de l'Air entre ses mains, communiqué avec ce dernier ...

Enfin, ils firent halte une fois la nuit tombée, qui enveloppait l'endroit en le plongeant dans la pénombre totale. Un grand lac noir où les rayons lunaires se reflétaient s'étendait à côté d'eux. Le vent soufflait à peine. La température était tiède, mais Eleana avait tout de même froid et frissonnait légèrement. Un souffle plus fort que les autres arriva, et la jeune femme brune ne put se retenir une petite grimace en sentant la douleur remonter tout le long de son bras jusqu'à son épaule. Elle mit une main sur sa blessure, le bandage confectioné avec un morceau de la chemise d'Alcro était maintenant coloré d'une couleur pourpre.

Ils installèrent un feu qui leur communiquait un certain réconfort. L'endroit n'était pas très hospitalier, le paysage n'était que sinistre. Surtout en pensait aux éventuels créatures qui rôdaient dans les environs. Des pierres de toutes tailles et de toutes formes se dressaient de ci de là, et le sol gris caillouteux n'était pas des plus confortables. Mais la petite troupe devait bien s'en contenter pour le moment. Enfin, ils décidèrent d'un commun accord de se poser pour dormir. La jeune Filante n'accorda pas beaucoup d'attention au jeune homme silencieux qui s'éloignait déjà, ne voulant sans doute pas s'endormir prés d'eux. Elle s'en fichait, il pouvait bien faire ce qu'il voulait. Mais malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher d'être à la fois soulagée qu'il s'éloigne et inquiète car elle ne pouvait pas le surveiller de prés. Comme quoi, elle n'avait décidément aucune confiance en lui. C'était plus fort qu'elle. Et elle demeurait toujours soucieuse. De ce qui allait se passer, de ce qui pourrait même se passer. Alors autant l'avoir à l'oeil, sa permettait de la rassurer. Même si elle ne l'admettrait jamais. Et puis, elle ne pouvait s'en vouloir de vouloir exercer une certaine surveillance. On ne pouvait pas dire que c'était une véritable personne de confiance cet elfe tant mystérieux qu'inquiètant.

Eleana s'allonga sur le sol dur, juste à côté du feu. Ce dernier la séparait de Laurena, qui reposait en face d'elle. Celle-ci avait déjà trouver le sommeil, ses yeux étaient fermés et sa poitrine bougeait faiblement, témoignant qu'elle était tranquillement endormie. Alcro s'était glissé juste à côté d'elle, si bien que leurs bras se frôlaient. La jeune femme n'avait émit aucun commentaire, consciente que la proximité du jeune Annimux la rassurait. Son visage restait de marbre, et ses yeux fixés droit devant elle, admirant l'étendu du ciel noir parsemé d'étoiles blanches. La jeune Filante s'efforçait de ne pas esquisser de grimace. Le sol dur n'était pas des plus confortables, et des cailloux écorchaient son épaule blessée. Alors qu'elle allait les retirer d'un geste impatient, la voix de son Gamma retentit dans la nuit.

 

- Tu sais, tout à l'heure, l'elfe n'a rien fait. Tu t'es évanouie et des hommes nous ont encerclés ... Débuta le jeune Annimux.


Elle ne put empêcher un air stupéfait se peindre sur son visage de porcelaine. Elle plissa les yeux, pour refouler la fatigue qui l'envahissait de plus en plus. Ainsi donc des hommes les avaient attaqués. D'où leurs habits émaillés et les blessures apparantes sur leurs corps. La jeune femme ne pu s'empêcher de se montrer légèrement coupable face à son empressament d'avoir omit l'hypothése que l'elfe soit celui qui avait causé cela. Elle avait supposé trop vite. Elle se mordit la lèvre inférieure en un signe de trouble, mais ne fit aucun commentaire.


]- Au contraire, sans lui, tu serai peut-être morte à l'heure qu'il est … il s'est battu comme personne … Je ne le connais pas, mais il n'a pas l'air d'avoir un si mauvais fond. Ne lui en veux pas, expliqua Alcro.

Elle ne put répondre, coupée dans son élan par le fait que son coude qui retenait son haut du corps redressé flanche et qu'elle retombe lourdement sur le sol. Des cailloux s'enfoncèrent dans son dos et dans son épaule, et elle esquissa une grimace en fermant les yeux. Eleana aurait grogné d'exaspération si elle n'était pas si fatiguée. Puis son visage fut aussitôt dépourvu de douleur. Eleana avait presque l'impression d'avoir un air reposé, tandis que ses yeux demeuraient obstinèment fermés. Sa respiration s'adousissait de plus en plus tandis que le sommeil l'enveloppait et la narguait de le rejoindre. La jeune Filante n'avait pas la force d'émettre une seule parole à voix haute. De ce fait, elle se contenta de parler par télépathie à l'adresse du jeune homme qui attendait toujours sa réponse : "Je n'ai pas confiance en lui, je me méfie. Je n'oublie pas ce qu'il a fait, Alcro. Il a sans doute agit ainsi plus dans son propre intérêt que dans le notre, par "bonté d'âme". Ne m'en veux pas de penser ainsi, c'est plus fort que moi." A moitiée inconsciente de ses gestes, elle ne se rendit pas compte que sa main se refermait sur celle de son Gamma et que leurs doigts s'entrelaçaient. Vaincue, elle laissa sa tête retombé à côté d'elle, contre l'épaule du jeune Annimux. "Il fait si froid ..." murmura-t-elle, télépathiquement. Et elle frissonna. Elle se rendit compte à peine que les bras d'Alcro se refermaient sur son corps qui paraissait presque faible en cet instant. Elle entendit à peine la réponse de celui-ci. Sa tête reposa sur la poitrine de ce dernier, et elle s'endormit. 

Eleana se réveilla en plein milieu de la nuit. D'abord encore fatiguée, elle plissa les yeux pour bien se réveiller. Un bruit la fit ouvrir complétement les yeux et elle se redressa, en tendant l'oreille. Qu'avait-elle entendu ? Elle tourna la tête, Alcro était encore endormi. Le visage tranquille, la respiration endormie. Elle ne pu retenir un sourire de fascination. Elle leva lentement la tête, sans ôter son sourire qui restait collé sur son visage. Mais le constat de l'absence de Laurena suffit à lui enlever son sourire. Où était-elle ? L'inquiètude la submergea. Inconsciemment, elle renforca sa prise sur la main du jeune homme. Soudain, un cri retentit. un cri qu'elle aurait reconnu entre mille. Laurena ... Pensa-t-elle avec horreur. Encore à moitié endormie et enkylosée par la nuit tout de même inconfortable, elle se redressa et s'assit sur les genoux. La jeune femme brune secoua Alcro pour qu'il se réveille. Son corps tremblait sous la panique qu'elle éprouvait. Elle sentait que la situation l'échappait, et elle était légèrement effrayée face aux sentiments qu'elle éprouvaient en cet instant. Lorsque les yeux vert émeraude de son Gamma s'ouvrirent complétement, elle retint un soupire soulagé. L'une de ses mains toujours dans celle du jeune Annimux, et l'autre reposant sur l'épaule de ce dernier à cause de son effort pour le réveiller. Eleana ne parvenait pas à aligner une phrase compléte. Alors pour seule explication, elle murmura une seule explication :

 

-Laurena ... Balbutia-t-elle.

Cela ne lui était jamais arriver. Mais elle ne parvenait pas à se contrôler. Ni la panique qu'elle ressentait, ni sa voix qui tremblait. Bientôt, un nouveau cri retentit. Et cette fois-ci, elle s'efforça de se ressaisir tant bien que mal. Mortellement inquiète, Eleana bondit sur ses pieds et se précipita vers le son des voix et des bruits qui rendaient la puce à l'oreille quant à la position de son amie.

Eleana priait pour que Laurena aille bien, mais elle ne se doutait pas encore de l'horreur de ce qui était en train de se dérouler à quelques pas d'elle ...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zohéir X'enlil
Élite des Assassins ~ Neutreavatar
Compte Héros :

Messages : 753

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Mer 6 Juin - 9:01

    Zohéir se prit la tête dans ses mains, celles-ci toujours tremblantes. Il n’arrivait pas à enchaîner deux pensées consécutives. Ses membres étaient parfois agités de soubresauts qu’il ne contrôlait pas. Il se releva avec peine, presque en titubant et se rattrapa de justesse contre le rocher près de lui pour ne pas tomber. Habituellement, sa paume n’aurait pas rencontré cette surface rugueuse et granuleuse mais plutôt celle lisse et légèrement bosselée d’une cheminée. Les toits. La Lune. Le vent. Tout se bousculait dans l’esprit embrumé de Zohéir. La tête lui tournait, il se sentait tomber invraisemblablement alors que ses deux pieds étaient bien enchâssés dans la réalité et sur le véritable monde. D’une main tremblante, le jeune elfe dégaina son poignard et exécuta un geste imprécis du poignet. L’arme fendit l’air, sans plus. L’assassin s’était laissé aller à sa crise d’épilepsie. Le reste de la scène fut complexe, plutôt difficile à décrire. Zohéir exécuta plusieurs attaques contre des ennemis invisibles, trébucha et finit par s’écrouler au sol, face contre terre. Il ne bougea plus, et poussa une longue plainte d’agonie. Son cerveau déraillait complètement, il était en train de toucher le fond du gouffre dans lequel il sombrait de plus en plus à chacune de ses crises de démence. Le jeune elfe se traîna au sol à l’aide de ses mains et de ses genoux et s’écroula une nouvelle fois, contre le rocher cette fois-ci. Un étrange liquide blanc suintait d’entre ses lèvres. Ses yeux reflétaient une détresse sans nom et son regard s’était arrêté sur un point invisible à la surface du lac. Puis ce fut le néant.

    ***

    Laurena s’était réveillée dans la nuit et s’était rendue près du lac, peut-être pour s’abreuver, peut-être pas. Peut-être par ennui, peut-être pas. Alors qu’elle se redressa et que son regard se perdait quelques instants à l’horizon, bien plus loin que le lac en lui-même, une ombre se dessina derrière elle. Elle se retourna, l’ayant entendu venir. Il s’agissait de Zohéir. Mais il ne semblait pas dans son état normal. Il était blafard, sa peau déjà pâle lui donnait presque un air fantomatique, qui contrastait à merveille avec l’obscurité environnante. Dans ses yeux brillait une pure folie meurtrière. Il tenait toujours la garde de son poignard dans sa main gauche, la serrant si fort que ses mains en tremblaient. À part cela, le misanthrope était immobile, inerte. Avant que Laurena n’ait pu faire quoi que ce soit, redoutant sans aucun doute le pire dans cette situation, Zohéir pencha légèrement la tête sur le côté. Le silence était pesant et semblait invincible. L’instant de calme et de tension ne dura qu’un dixième de seconde, avant qu’un sourire sadique n'apparaisse sur les lèvres du jeune elfe. Un sourire de psychopathe. Pour la première fois depuis sa rencontre avec Laurena, il souffla deux mots. Seulement deux :

    - Bonne… nuit…

    Et il s’élança sur la Filante. Cette dernière n’eut pas le temps de crier gare que, déjà, Zohéir lui plantait son poignard dans l’épaule. Elle laissa échapper un cri de douleur tandis que le misanthrope lui faisait un croche-pied qui la déstabilisa. Elle tomba dans le lac. Mais le jeune elfe ne s’arrêta pas là, à peine eut-elle touché l’eau qu’il tenta de la noyer. Il allait la tuer. Il voulait la tuer. Cette nuit. Mais Laurena avait encore assez de forces et parvint à repousser l’assassin et à se relever. La blessure au bras de Zohéir s’était rouverte mais il l’ignora. Avant que la Filante n’ait eu le temps de faire un geste, le misanthrope ne dégaina pas deux ou trois couteaux de jet, comme il avait tant l’habitude de le faire. Il dégaina les six d’un coup et les envoya par trois en deux lancers sur son ennemie. Quatre couteaux ratèrent leur cible, faute de l’obscurité et de la folie qui rongeait l’âme de Zohéir. Un projectile érafla le bras droit de Laurena et l’autre se planta dans sa cuisse. Le misanthrope s’élança tout de suite après sur son la Filante, ne lui laissant aucunement le temps d’une riposte ou pour reprendre son souffle. Il allait la tuer. Il voulait la tuer. Cette nuit. Quand il fut à un mètre d’elle, il lui sauta littéralement dessus {gare aux esprits tordus}{oh, une rime ♫} et leva sa dague.

    Là aussi, la suite de la scène fut confuse. Ce fut un enchainement sanglant de coups portés par Zohéir. Ce dernier poignarda son ennemie au niveau de l’abdomen et Laurena hurla de douleur. Puis il la poignarda une nouvelle fois, au même endroit, et encore une troisième fois, au bras gauche cette fois-ci. Il était en train de la réduire en charpie. Ce n’était pas un combat, c’était une véritable boucherie. Un réel carnage. Le sang de la jeune Filante coulait à flot et se mélangeait à l’eau du lac, prenant peu à peu une immonde teinte vermeille. Puis des bruits de pas retentirent. Zohéir stoppa son geste assassin et releva la tête. Alcro et l’autre Filante se trouvaient sur les bords du lac, pétrifiés d’horreur. Le misanthrope se releva complètement, laissant son ennemie agoniser dans l’eau et perdre son sang en importante quantité. Si on ne lui procurait pas vite des soins, et de bons, elle allait mourir. Et Zohéir fit une chose qu’il n’avait jamais faite avant. Une fois debout, il lâcha son arme, qui tomba dans l’eau, heureusement près de la rive pour ne pas couler complètement.

    L’assassin planta son regard sur les deux nouveaux venus, les dévisageant d’une façon étrange. Il allait tuer Laurena. Il voulait la tuer. Cette nuit. Pourtant, son corps s’était figé, il ne bougeait plus. Le liquide blanc s’était de nouveau mis à suinter sur ses lèvres, puis sur son menton et bientôt, sur son cou. Zohéir nageait en plein cauchemar. Il avait soudain envie de tendre la main et d’appeler à l’aide. Mais personne ne serait là pour lui répondre. Sa respiration se fit saccader, son sourire sadique avait disparu aussi vite qu’il avait réalisé son énorme erreur. Il était fini. Alcro et l’autre Filante allaient le dégommer. Pourtant, il ne bougea toujours pas. Il observa un instant sa victime, agonisante, et reposa son regard sur les deux nouveaux venus. Son sourire sadique avait peut-être disparu mais ses yeux brillaient toujours d’une folie meurtrière sans nom.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Il y a à peine un instant, on m'a regardé pour toujours.
On n’est pas misanthrope pour rien, ni philanthrope pour les autres.
I'm Bro. The only Bro.




ZagZag, Cow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurena
Résistanteavatar
Race : Filante

Compte Héros :

Messages : 392

Magie : Mage de lumière

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Ven 8 Juin - 5:59

Je fermai les yeux quelques instants, profitant du léger courrant d'air qui parcourait le lac. cela me faisait du bien. Je me sentais bien, malgré que ce fut la nuit et que je me retrouvais sans arme.

C'est alors que j'entendis un bruit dans les buissons derrière moi. Je sursautai et me remis debout, dos au lac. Par réflexe, ma main alla à ma ceinture pour aller y chercher ma dague. Mais celle-ci ne trouva que mon fourreau vide. Je me sentis tout à coup beaucoup plus mal à l'aise. C'est alors que je vis devant moi l'elfe, à quelques mètres à peine. Un vent d'effroie me parcouru. Je voulais m'enfuir mais aucun membre de mon corps ne semblaient résignés à bouger, tétanisés par la peur. Je serrai les dents et mes mains commencèrent à trembler. Je fermai les points pour éviter que les tremblements ne se remarquent. L'elfe me toisait avec un regard assassin et un sourire safique s'afficha sur son visage. Je me sentais mal, très mal. Je reculai d'un pas et je me souvenus que la lac se trouvait à quelques centimètres de mes pieds. Je suis coincée. Mon ennemi me souffla alors quelque chose :
- Bonne... nuit...
C'est la première fois que j'entendais sa voix depuis que nous nous sommes rencontré et celle-ci me glaça le sang. Mais avant que puisse faire quoi que ce soit, l'elfe se jeta sur moi, sa dague à la main, et me l'enfonça profondément dans l'épaule. La douleur me fit lâcher un cri. Je voulais contre-attaquer mais sans arme, cela devient impossible. Mon agresseur me fit un croche-pied et je perdis l'équilibre. C'est avec soulagement que je retombai dans l'eua. Au moins, la chute n'aura pas été trop douloureuse. L'eau autour de moi se colora peu à peu de rouge. De la surface jaillirent deux mains qui m'empognèrent fermement au cou. Il veut me noyer. Je me débattis de toutes mes forces, perdant de plus en plus d'oxygène. Il ne faut pas que je cède à la panique, il faut que je réfléchisse. Mais comment réfléchir alors qu'on est sur le point de mourir ? A ce moment, on ne pense qu'à une chose : survivre.

Après quelques instants, je réussis à me dégager de l'emprise de l'elfe, et je remontai à la surface. Je pris une grande bouffée d'air. Il ne faut pas que je reste dans l'eau. Tant bien que mal, je me hissai sur la berge en essayant d'ignorer la vive douleur à mon épaule. Je me remis debout dès que je pus mais l'elfe était toujours là. La peur m'envahissait. Il sortit six couteau à lancer et me les lança. Je mis mes bras devant ma figure pour me protéger. Les couteau sifflaient dans mes oreilles. Un me frola le bras gauche et un second m'atteint à la jambe. Je serrai les dents pour ne pas hurler mais je laissai tout de même échappai un cuinement. Je baissai les bras et reprotai l'attention sur mon adversaire. Je découvris avec effroie le jeune homme, sa dague levée, qui se dirigeait vers moi.

L'elfe enfonça sa dague juste à coté de mon coeur et je hurlai de douleur. Je tombai dans l'eau une nouvelle fois mais celà n'empêcha pas mon assaillant de continuer. Il porta un second coup au même endroit et je criai de plus belle. Si seulement ce ne pouvait être qu'un cauchemard ! Mais non, ce n'en est pas un. C'est pire qu'un cauchemard ! Pourtant, je me retrouve dans la même position d'impuissance. On ne peut qu'encaisser les coups sans pouvoir rien faire, juste hurler pour exprimer sa douleur. Mais qui m'entendra ? Alcro et Eleana ? Je l'espère. J'espère surtout qu'ils arriveront à temps, avant qu'il ne me porte le coup final.

L'elfe m'enfonça sa dague dans mon bras gauche, comme il l'avait fait à l'autre bras lors de notre combat quelques heures plus tôt. Sauf que là, il ne s'agit nullement d'un combat. Il s'acharne sur moi et je ne peux rien y faire. L'eau était presque complètement rouge, rouge de mon sang.

A ce moment, les coups cessèrent. Je remontai à la surface et posai ma tête sur le bord de l'eu, de sorte à pouvoir encore respirer. Les blessures sur mon corps me faisaient souffrir attrocement. Pourquoi ne m'a-t-il pas tuer ? Pour que je souffre d'avanatage ? Car la mort même semble moins douloureuse que ce que je suis en train de vivre. Il n'y a qu'une explication, Eleana et Alcro sont là. Ma vision se troublait et je vis bientôt plus qu'en noir et blanc. Un gout de sang envahit ma bouche. Mes oreilles étaient comme remplies de coton. Je respirais difficilement, à tel point que ma respiration risque de s'arrêter à tout moment. Ma tête tombe sur le côté et je vois, à quelques mètres de moi, l'elfe qui a failli me tuer. Ses yeux sont remplis de haine. Il veut m'achever, mais il n'y arrive pas. Mes yeux se fermèrent peu à peu. Non. Ne surtout pas fermer les yeux. Car s'ils se ferment, ils ne se ré-ouvriront peut-être (propablement) jamais. Je luttais pour rester en vie. Mais si je suis bien sûre d'une chose, c'est qu'un jour, je me vengerai ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fartheraway.creer-forum.com
Alcro
Élite des Voleurs ~ Résistantavatar
Compte Héros :

Messages : 770

Magie : Gamma de l'Air

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Lun 18 Juin - 4:40

Eleana, le buste redressé et soutenu par ses coudes, retomba lourdement au sol, vidée de ses forces. Après tout, elle venait de marcher pendant plusieurs heures, juste après avoir transmis son énergie vitale à son amie en danger. Elle ferma doucement les yeux. En cet instant, la jeune femme en aurait presque paru innocente et fragile. Ses traits fins et délicats n'étaient plus tordus par de terribles rictus de douleur. Elle somnolait en paix, détendue, doucement happée par les bras de Morphée... Au bout de quelques minutes à écouter sa respiration se ralentir, l'animux n'espéra plus de réponse de sa part et se détourna, les bras croisés sur le buste, les yeux rivés sur les cieux. Il sursauta lorsque la voix de son amie résonna dans son esprit. "Je n'ai pas confiance en lui, je me méfie. Je n'oublie pas ce qu'il a fait, Alcro. Il a sans doute agit ainsi plus dans son propre intérêt que dans le notre, par "bonté d'âme".  Ne m'en veux pas de penser ainsi, c'est plus fort que moi."
Alcro ne put réprimer un léger soupir. Eleana n'avait pas tout à fait tort : la thèse que l'elfe ne l'est sauvée uniquement que pour qu'elle puisse lui être utile dans la suite de leur quête commune était tout à fait plausible. Mais le doute persistait en lui, son cœur d'enfant résolument aveugle à tout ce qui pouvait s'apparenter à de la méchanceté pure et simple. Là résidait le point faible de l'animux : il était persuadé, en son fort intérieur, que tout être était obligatoirement pourvu d'une part d'humanité et de bonté. Il accordait trop souvent et trop facilement sa confiance aux gens, ce qui pourrait, un jour, l'entraînait dans un nouveau malheur … le jeune homme crispa la mâchoire.
Il était parfaitement conscient de tout cela, mais n'arrivait pas à remédier au problème.
Son corps fut secoué d'un imperceptible sursaut lorsque la main d'Eleana se posa sur la sienne. Inconsciemment, il sentit leurs doigts s’entremêler. Il tressaillit quand la tête de son Alpha vint trouver appui sur son épaule ; il esquissa alors un léger sourire, presque niais. '' Il fait si froid ...'' fit soudain la voix d'Eleana, par le biais de la télépathie. Aussitôt, les bras puissants d'Alcro vinrent enlacer le buste de la jeune femme, la ramenant contre le sien. Elle ne tenta pas de résister ; elle alla même jusqu'à reposer, doucement, sa tête contre lui. Au bout de quelques minutes, il voulut parler :
Mais Eleana s'était endormie … lentement, le sommeil vint le happer à son tour.

~*~


Alcro grogna. Il sentait qu'on tentait de l'extirper de sa torpeur rêveuse, et que cela semblait urgent ; mais il n'avait ni l'envie ni la force d'ouvrir les yeux. Les songes qui assaillaient son esprit étaient des plus plaisants. Il se revoyait, enfant du haut de ses dix milles ans, courant à en perdre haleine dans les grands champs entourant son ancienne demeure.
Au bout d'une minute d'intensives protestations, il finit par ouvrir les yeux, à contrecœur. Il faillit ouvrir la bouche pour protester, tandis que ses yeux peinaient à s'habituer aux rayons lunaires …
Il écarquilla les yeux.
La lune ? Pourquoi donc le réveiller ainsi à cette heure si avancée de la nuit ?
Finalement, il reprit conscience de l'endroit où il se trouvait. Son regard se porta vers la silhouette qui se tenait penchée au-dessus de lui, et qui était responsable de son réveil forcé. Le cœur d'Alcro loupa un battement lorsqu'il sentit toute l'angoisse, les craintes et l'affolement d'Eleana le submerger, tel un poison qu'elle venait inconsciemment de lui transmettre. Il se redressa aussitôt. La jeune femme tentait d'aligner quelques mots, bafouillait, et ne parvenait pas à communiquer. Finalement, au prix d'un ultime effort de concentration et de diction, elle réussit à lui offrir un mot ; un seul... Qui acheva de l'angoisser.

« - Laurena … »

S'en suivit ensuite le plus déchirant des cris d'agonie qu'Alcro eut pu rencontrer jusqu'ici. Il réagit immédiatement, tout comme Eleana : bondissant sur ses pieds, il la suivit au pas de course, tentant malgré sa fatigue et ses membres ankylosés de conserver une bonne allure. Le cri provenait du lac, à quelques centaines de mètres de là. Un frisson d'effroi parcourut son échine. Une scène d'horreur s'imposa à son esprit : il y distinguait l'elfe, tuant avec une sauvagerie sans nom la jeune Laurena.
Lorsqu'ils parvinrent jusqu'aux rives de l'étendue d'eau, le cauchemar bascula dans la réalité. L'horreur s'éprit des deux nouveaux venus.
Non loin d'eux, la jeune Filante agonisait dans l'eau. La lune se reflétait dans l'eau noir, laissant entrevoir une marre de sang émanant de la victime. Elle s’agrippait tant bien que mal à la berge, suffoquant.
Finalement, elle s'évanouit.
Devant elle, l'elfe les dévisageait, incrédule. Son visage, tout comme ses vêtements, étaient maculés de sang.
Ça n'était pas la première fois que la rage s'éprenait ainsi d'Alcro. Son caractère fluctuant lui valait de subir fréquemment quelques petites colères. Mais parfois, celles-ci étaient si violentes, si riches qu'il en devenait incontrôlable. La plupart du temps, ce même sentiment l'amenait inconsciemment à se transformer en loup, la rage animale étant parfois plus facilement évacuée dans un corps animal.
Une dizaine de secondes à peine plus tard, à la place du jeune homme au regard émeraude et au sourire taquin, se trouvait un immense loup au pelage plus sombre que la nuit et aux yeux habités par une terrible colère. Désormais dépourvu des facultés intellectuelles, ses seules pensées se résumaient à un seul mot.
Vengeance.
[i]« - Vengeance … vengeance … vengeance … »[i] tannait-il en son fort intérieur, si fort, si désespérément qu'Eleana l'avait sûrement entendu.
Alcro s'élança à toute allure vers l'elfe, un seul et unique but à l'esprit : lui faire endurer les souffrances qu'il avait injustement affligé à Laurena.
Le plonger à jamais dans les sombres ténèbres qui semblaient l'habiter et qui émanaient de lui.
L'achever. Définitivement.


[ Bijour, ji suis pathétique, aurevoar. Zoh, j'ai pas voulu t'abimer ou je ne sais quoi, vu le rp avec Nun je préfère qu'on se mette d'accord avant là-dessus je tiens à ma vie xD ... pardon pour le retad ... l'immeeeense retard oui. u_u']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleana
Élite des Chasseurs de Prime ~ Résistanteavatar
Race : Filante

Compte Héros :

Messages : 656

Magie : Alpha de l'Air

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Mar 19 Juin - 0:41

Eleana sentit son cœur se serrer affreusement, au point de lui faire mal. La vision qui s’offrait à elle était particulièrement éprouvante. Sa fidèle amie, Laurena, gravement blessée, les vêtements déchirés et tâchés de sang, luttant contre l’inconscience. Plus loin, son agresseur, le jeune elfe qui avait cessé son acharnement, dévisageant dorénavant les nouveaux venus. A cause de l’interruption causée par ces derniers, l’elfe avait lâché son arme à l’eau. Il fit un aller-retour du regard entre sa victime agonisante et Alcro et Eleana. Celle-ci s’était ressaisie en le voyant regarder Laurena.

La rage afflua dans ses veines telle une vague dévastatrice, se mêlant doucement aux autres sentiments qui se noyaient dans son cœur. Comment … osait-il ne serait-ce que poser les yeux sur elle ?! Eleana était indignée, révoltée et pire que tout, énervée à un point inimaginable. La patience et la tolérance des Filantes étaient presque éteintes. Et la jeune femme avait beau être une demi Filante, ses pulsions étaient toujours présentes.


Alors qu’elle s’apprêtait à bondir, elle ressentit alors une rage nouvelle qui n’émanait pas d’elle. Elle tourna la tête sur le côté et découvrit avec une légère surprise un gros loup noir aux yeux habités par une colère sans nom. Ce regard, si familier, qu’elle avait tant de fois croisé. Alcro. « Vengeance … Vengeance … Vengeance … » Disait-il dans son esprit. Eleana pouvait l’entendre tant sa voix était puissante et pleine d’émotions fortes. Sans qu’elle puisse esquisser le moindre geste, celui-ci s’élança aussitôt sur le fauteur de trouble. Dans d’autre circonstance, elle l’aurait empêché, ou plutôt aider, et de bon cœur, mais pas aujourd’hui. C’était comme si son corps ne lui répondait plus. Que son esprit était bloqué.

Elle se maudit d’avoir pu douter, avoir pensé lui donner une seconde chance. A lui. Mais comment avait-elle pu être aussi inconsciente ? Pourquoi avait-elle empêché Laurena de le réduire au silence, comme ce qui aurait dû se faire ? Sur cette pensée, son cœur se serra de nouveau. Laurena … Non, la chasseuse de prime ne pouvait pas laisser libre court à ses envies meurtrières. Même si elle en mourrait d’envie. Son amie avait besoin d’elle. Maintenant.


Sur cette résolution qui ne lui avait pris que deux secondes de son temps, la jeune Alpha courra à la vitesse de la lumière jusqu’au corps agonisant de la jeune Filante. Celle-ci était en piètre état. Ses deux bras étaient horriblement blessés, son abdomen était troué d’une plaie béante, sa cuisse aussi était blessée. Le sang coulait à flots. Pour saluer ce tableau des plus horribles, son visage était pâle comme la mort. Et pire que tout, ses yeux étaient presque ternes, mais une réelle douleur à glacer le sang se laissait percevoir.


L’Elémentaire de l’Air sentit un long frisson parcourir son échine. Aussitôt, celle-ci s’affala sur le sol et s’agenouilla aux côtés de son amie. Cette dernière luttait encore contre l’inconscience, malgré son état pitoyable. Eleana était encore impressionnée par la bravoure et le courage que témoignait son amie. Elle posa un doigt sur le cou de Laurena, son pouls battait encore quoi que encore faible. Reprenant son self contrôle habituel, la jeune femme brune s’affala à la lourde tâche qui l’encombrait : Sauver Laurena. Coûte que coûte.


Elle posa sa main sur le front humide de sueur de Laurena et ferma les yeux. Elle se concentra pour entamer la connexion. Au bout d’un long moment de concentration intense, elle sentit son énergie la quitter pour se loger dans son amie Filante. Une fois le don fait, la jeune Filante rompit le contact. Elle lui avait donné suffisamment d’énergie pour lutter encore. Mais le temps était compté. La jeune Alpha s’interdisait de paniquer. Cela ne risquait pas d’arranger la situation. Mais celle-ci était des plus risquées. Elle ne voulait pas croire que cette dernière était périlleuse. Quoi que consciente de cela. Elle ne voulait pas se résoudre à croire la fâcheuse vérité tant qu’elle n’aurait pas fait tout ce qui était nécessaire.


Eleana déchira les pans de sa cape à la va-vite. Elle se tourna vers l’eau du lac qui était tâchée de pourpre. Du sang de Laurena … Pensa-t-elle, horrifiée en continuant de dévisager le liquide rougeâtre. Non, rester calme. Elle devait rester impassible. La jeune femme brune rampa à quelques pas, suffisamment loin pour pouvoir recueillir de l’eau propre sur les bouts de tissus. Elle revint sur ses pas et posta à côté de Laurena, toujours aussi pâle. Elle se saisit de l’une de ses dagues et s’usa de toute son impassibilité et son calme pour s’attarder à la tâche qui allait poursuivre. La jeune Filante voulut commencer aussitôt, mais des cris et des bruits sourds l’empêchaient de se concentrer.


Plus loin, le loup noir se battait contre l’Elfe comme si sa vie en dépendait.


Pendant un instant, l’Elémentaire de l’Air sentit un petit frisson parcourir son échine. Mais elle se ressaisit vite. Ce n’était pas le moment de se déconcentrer. Elle passa sa main sur son front pour ôter les quelques gouttes de sueur qui y perlaient. La chasseuse de prime soupira et fit le vide dans son esprit tout en fermant les yeux. Une fois l’union avec le Vent faite, elle rouvrit les yeux et solidifia l’air autour d’elles pour former une bulle invisible à l’œil nue, à l’aide de l’eau du lac juste à côté. Heureusement que la nuit était tombée, car cela dépendait moins d’énergie pour solidifier une bulle d’air. La jeune femme put enfin se munir de toute sa concentration à sa guise.


Eleana réussit à stopper les hémorragies causées. Celles-ci étaient graves, mais pas indestructibles [Ouais le mot convient pas mais je n’ai pas trouvé d’autre mot pour qualifier ce que je voulais dire >.<]. Elle n’était pas certaine que son intervention ait suffisamment réussi, mais cela avait tout de même aidé. Elle entoura les plaies des bouts de tissus trempés en exerçant une certaine pression pour être sûre que les hémorragies avaient cessées. Puis elle lui retransmit de l’énergie pour que Laurena puisse continuer à lutter.


Une fois faite, Eleana prit le pouls de la jeune femme blessée et remarqua avec un bonheur inouï que ce dernier avait repris un rythme plus régulier.
Totalement submergée par son soulagement et nettoyée de son inquiétude elle sentit un sourire s’épanouir sur ses lèvres.


-Alcro ! Cria-t-elle, sa voix tremblait légèrement sous le coup de l’émotion.


N’ayant aucun signe de réponse, elle se détourna pour voir les deux combattants qui n’avaient pas cessé le combat. Soudainement peu rassurée, Eleana bondit sur ses pieds et passa à travers la bulle –sans toutefois la dissipée- et couru en direction des deux jeunes hommes. Une fois près d’eux, elle hâla son jeune Gamma plusieurs fois mais ce dernier ne semblait pas l’écouter. L’Elfe et l’Animux étaient tous en piètre état, mais tellement plongés dans leur affrontement qui ne semblaient pas s’en rendre compte.


Ayant assez de tout cela, elle s’immisça dans leur lutte et, sans ménagement et sans remord, la jeune Alpha envoya un coup de pied dans l’estomac de l’elfe qui tomba sur le sol, légèrement surpris et pris au dépourvu par son intervention soudaine. S’attardant sur l’autre homme, elle eut du mal à capter son attention. Alcro paraissait tellement en colère que nulle parole ne réussirait à le calmer. Toutefois, Eleana s’y risqua, prête à recevoir n’importe quel coup en conséquence. Elle se posta devant lui et tenta vainement de l’immobiliser. Mais il était plus fort qu’elle [Bah c’vrai, quand on est en colère nos capacités sont plus importantes o/], et voulait à tout prix continuer son combat.


Alcro ! Cria-t-elle en télépathie. Alcro, Alcro, écoute moi. Arrête, Laurena est vivante. J’ai réussi à stabiliser son état mais elle risque d’y passer si elle n’a pas de soins importants. Maintenant. Elle a besoin de nous. J’ai besoin de toi pour la sauver. Donc s’il te plaît, arrête. Tout au long de sa tirade elle garda les yeux plongés dans les yeux verts de son Gamma qui tremblait encore légèrement, mais avait l’air de s’être calmé au son de ses paroles.


Eleana pria pour qu’il se ressaisisse. C'était vrai, Laurena avait besoin de soins importants que la chasseuse de prime ne pouvait lui donner. Elle était une chasseuse de prime, pas médecin. Et n'avait pas non plus le matériel nécessaire à ce genre d'opération. En tout cas, Eleana avait beau avoir stabiliser l'état de son amie, ce dernier était encore délicat. Et risquait de pencher à tout moment. C'était pour cela que c'était si urgent, son état pouvait pencher d'un autre côté de la balance. Et Laurena ne s'en sortirait peut-être pas. Son coeur se serra à cette simple pensée. Elle n'aurait pas pensé s'attacher à quelqu'un. Mais la vie en avait fait autrement. Elle s'était beaucoup attachée à Laurena, et une chose était sûre : Elle ne voulait pas qu'elle meure. Elle était trop jeune encore, elle devait vivre. Vivre et profiter de la vie. Laurena avait encore tant de choses à faire. Non, elle ne pouvait pas mourir. C'était impensable.

Sinon, Eleana s'en voudrait jusqu'à la fin de ses jours.

C'est en partie pour ça que la jeune femme avait besoin de son Gamma. L'autre, était qu'elle avait besoin de lui. Elle avait le sentiment d'être impuissante, que la situation lui échappait. Et elle détestait cela. Surtout que l'enjeu était des plus importants : La vie de Laurena. La vie de son amie. Eleana ne s'était jamais attachée à d'autres personnes. Mais elle y avait remedier, d'abord en se liant d'amitié avec son amie Filante. Et tout ce qu'elles avaient traversées ensemble les avaient liées à jamais. Eleana ne pourrait supporter de la perdre. Elle ne voulait, ne pouvait pas s'y résoudre. C'était comme ça. Par dessus tout, elle avait besoin de soutien. Elle ne l'admettait pas, mais ses yeux parlaient pour elle. Ses yeux actuellement plongés dans ceux d'Alcro.

Elle avait besoin de lui. Eleana n’y arriverait pas toute seule.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Spoiler:
 


Dernière édition par Eleana le Mer 20 Juin - 5:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zohéir X'enlil
Élite des Assassins ~ Neutreavatar
Compte Héros :

Messages : 753

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Mer 20 Juin - 5:28

    Tout se passa très vite. Alcro se transforma spontanément en un magnifique loup noir que Zohéir ne pouvait s’empêcher d’admirer. Il s’élança sur lui. Le jeune elfe, désarmé, ne put que faire hâtivement glisser un couteau de jet de sa manche jusqu’à sa main. Il para difficilement les griffes de l’animux. S’en suivit non pas un duel, mais une succession d’attaques aveugles de la part d’Alcro et de replis défensifs de la part du misanthrope. Ce dernier parait les coups avec difficulté mais jamais il ne s’en serait pris au cousin de Sarah, surtout en ayant conscience que, pendant un instant, il l’avait cru digne d’être l’ami de sa cousine. Certains coups traversèrent la défense de Zohéir mais celui-ci ignorait la douleur et le sang sur ses vêtements. Aveuglé par une haine et une rage sans nom, l’animux frappait son relâche. Eleana finit par intervenir et donna un puissant coup de pied dans l’estomac du misanthrope, qui s’écroula au sol, pris au dépourvu. C’était fini.

    Après avoir légèrement repris le contrôle de soi-même, Alcro se décida enfin à suivre Eleana. Ils s’éloignèrent, retrouvèrent Laurena et l’emmenèrent sur la berge, au sec, loin de l’eau et de tout ce sang. Zohéir ne bougea plus. C’était à peine s’il respirait. Etendu dans l’eau encore limpide où se reflétait la Lune, il gardait ses bras le long de son corps. Son ventre le faisait encore souffrir quant au coup porté par Eleana. Il ignorait la douleur. Ses yeux étaient clos. Il semblait mort, son visage blafard contrastant sans peine avec l’obscurité environnante. Son corps se confondait dans l’eau, telle l’ombre d’un démon. Sur le ventre, face contre terre, le peu de profondeur du lac à cet endroit jouait en sa faveur. Ses vêtements déchirés, ses cheveux comme souvent en bataille, ses joues creusées, le sang sur sa chemise, son corps ankylosé,… Tout en lui ramenait l’image d’un cadavre. Le ciel nocturne était encore d’une noirceur opaque, signe que la nuit était loin d’être finie. À l’extérieur, Zohéir ressemblait d’autant plus à un cadavre, peut-être un piètre soldat tombé au champ et dont le lac serait le repos éternel.

    Mais son âme restait inlassablement lacérée par une plainte aigue, lancinante. Un chant sinistre semblait emplir le lieu que même la Lune et les étoiles ne parvenaient pas à baigner de lumière. Son esprit, comme transpercé de dizaines de pics à glace, était torturé comme jamais auparavant. La conscience de s’être vengé, en partie, l’effrayait. Lui qui avait toujours vécu avec une rancune sans nom dans le cœur se voyait enfin satisfait d’avoir fait couler tant de sang en une soirée. Une simple nuit. Il se sentait vide. Affreusement vide. Vide de mots, vide de sens, vide de sentiments. Vacuité. L’impuissance l’asservie soudain, l’accablement, le désespoir, la rédemption, la sensation d’être inutile sur ce monde. Dans sa tête comme dans sa vie, tout n’était qu’une répétition, une succession de sang et de cris. Il ne voulait plus bouger. Plus jamais. Plus rien ne le retenait à la réalité. Son poignard était perdu. Son âme souillée à jamais. Son corps désireux d’en finir. Son cœur plus dur que l’asphalte elle-même. Son esprit aussi noir que l’obsidienne. Putride, défoncé par la folie, lacéré par le tort.

    Il entrouvrit les lèvres, lentement. Faute de froid, elles avaient légèrement bleuit. Le faible souffle qui s’en échappa n’était ni tiède ni chaud. Ni réconfortant ni chaleureux. Il n’était rien. Juste un souffle, gorgé de reproche, d’impuissance face au devenir. Zohéir ne sombrait pas seulement dans la folie, mais aussi dans la conscience d’être ce qu’il est. Le côté psychopathe de son âme brandissait déjà fièrement la bougie éteinte. La flamme n’avait finalement peut-être jamais brûlé dans son cœur. Mais alors pourquoi le ciel s’obstinait à lui faire part de la vie alors que le fond avait déjà été heurté ? Le vent même s’était soudain tu. Les grillons n’avaient jamais chanté. Seule la plainte. Le rêve au bord du canal. Une piètre idylle forgé de l’espoir renié, tout s’effondrait. Il se revoyait encore en train de poignarder inlassablement Laurena. Et après ? Qui aurait-il après ? Qu’est-ce que cette vengeance changeait ? Quoi qu’il arrive, Zohéir ne serait plus jamais lucide. Jamais. Jamais. Ce mot le transperça telle une épée à la lame effilée. Il tituba.

    Enfin, il fit un geste. Ou plutôt, un mouvement indistinct. Son corps fut secoué d’un soubresaut incontrôlable. Ses mains se remirent à trembler. Qu’il aurait aimé pouvoir les contrôler, juste une fois. Se dire, même silencieusement : « Je peux me contrôler moi-même même sans les drogues de l’hôpital psychiatrique. C’est fou ce que je me sens lucide. » Fou. Lucide. Deux mots qui ne coïncideraient jamais. Le rêve au bord du canal. Deux effluves : l’odeur de l’eau et celle du sang. Zohéir ouvrit difficilement les yeux tandis que ses membres étaient secoués de spasmes. Le jeune elfe ramena un de ses bras crispé contre son corps et tendit l’autre devant lui. Il agrippa la roche à seulement deux centimètres sous la surface de l’eau. Peut-être cherchait-il encore à s’agripper à quelque chose de vrai sur ce monde. À une part de réalité. Mais c’est comme faire de la balançoire avec les pieds enchâssés dans le sol. On ne peut jamais aller bien haut, juste espérer avant de retomber. Et peut-être se relever. Jusqu’à ce que la chute nous fasse pisser le sang de tous les orifices de notre corps, nous casse la nuque, nous ouvre les genoux ou les coudes. Nous étouffe de ses railleries face à la défaite. Nous achève. Zohéir relâcha la pierre. Il n’avait plus rien pour se raccrocher. Il fût un temps où il avait Sarah. Mais l’évidence était bien présente : la jeune animux ignorait tout du misanthrope. Si elle avait su, jamais elle ne l’aurait invité dans sa maison, jamais elle ne lui aurait tendu la main.

    Le rêve au bord du canal. Tout devenait confus. Tout avait toujours été confus. Zohéir s’enfonçait de plus en plus dans sa folie, commençait à regretter. Regretter quoi ? Rien. Tout. Peut-être ne pas savoir écrire son prénom sans rature, sans que la personne en face ne lui interroge : « Tu trembles, qu’est-ce que tu as ? » Le misanthrope se répondit mentalement : « Rien. Je ne suis pas comme toi, c’est tout. Moi, je ne peux pas parler comme tu le fais. Je ne comprends pas les mots que tu emploies. Pourquoi est-ce que tes yeux brillent et pas les miens ? Pourquoi est-ce que la vie émane de toi et pas de moi ? Pourquoi le sang coule de la gorge de papa ? ». Zohéir écarquilla ses yeux dénudés d’expression. Son regard perdu reflétait tout de même une étrange peur. Le rêve au bord du canal. Il se revit, enfant, sur le toit de la vieille cabane de taules, dévisageant le petit lac dans la forêt qui avoisinait sa maison. Sa mère qui l’appelle, qui lui dit que c’est l’heure de rentrer de sa voix claire et chantante. Elle s’approche d’une démarche assurée. Elle n’aime pas que Zohéir monte sur cette vieille cabane mais ne dit rien. Le petit elfe descend et la rejoint. Les yeux de sa mère brillent légèrement de vie.

    Puis soudain, l’étincelle dans son regard s’éteint. Son sourire disparaît. Et de sa bouche entrouverte s’échappe une phrase, mêlée à la voix du vieillard philosophe que Zohéir avait tué il y a quelques jours à peine : « Tu sais que le néant n’est jamais trop loin n’est-ce pas ? » Et le petit elfe répond d’une voix rauque : « Oui. Tu m’avais prévenu. » Le rêve au bord du canal. Le misanthrope poussa une longue plainte et gémit faiblement. Ce son était presque inaudible mais bien présent. Si faible, mais pourtant si significatif. Si douloureux. Zohéir imagina soudain Laurena, entourée d’Alcro et d’Eleana. Son geste n’avait servi à rien si elle survivait. Sa vie ne servait à rien. Il ne servait à rien. Cette pensée le terrifia mais il lui était impossible de s’extirper de cet étau de peur constante.

    Le jour se leva enfin. Zohéir avait souffert dans son for intérieur tout au long de la nuit. Il patienta désormais dans la douleur jusqu’à ce qu’Eleana, Alcro ou même peut-être Laurena vienne le tuer. Vite, il n’en pouvait plus. Il imagina l’un d’eux se présenter devant lui. « Tu trembles, qu’est-ce que tu as ? » Une larme traça un sillon sur la joue de Zohéir « Rien. Je suis différent de toi, c’est tout. Je suis différent de vous tous. Je ne vois pas le monde comme vous, je ne parle pas avec la même aisance que vous. Vos paroles sont si chaudes. Les miennes si froides et incompréhensibles. Pourquoi ton monde tourne et pas le mien ? Pourquoi mes mains tremblent et pas les tiennes ? Pourquoi tu souffres physiquement et moi mentalement ? Pourquoi tu ris face à ma détresse ? Pourquoi tu me rejettes, pourquoi tu m’ignores ? Pourquoi tes yeux brillent et pas les miens ? ».
    Le rêve qui se noie dans le canal des années passées à pleurer en silence.
    À pleurer. À regretter.
    À rêver.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Il y a à peine un instant, on m'a regardé pour toujours.
On n’est pas misanthrope pour rien, ni philanthrope pour les autres.
I'm Bro. The only Bro.




ZagZag, Cow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurena
Résistanteavatar
Race : Filante

Compte Héros :

Messages : 392

Magie : Mage de lumière

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Ven 22 Juin - 1:30

Je passe mon tour

C'est vrai, que voulez-vous que j'écrive ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fartheraway.creer-forum.com
Alcro
Élite des Voleurs ~ Résistantavatar
Compte Héros :

Messages : 770

Magie : Gamma de l'Air

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Lun 2 Juil - 0:06

Le combat, à mesure qu'il s'éternisait, s'apparentait davantage à une lutte effrénée contre lui-même plus qu'à un duel basique constitué de deux adversaires. Alcro, devenu loup aux griffes animées par la fureur, tentait inlassablement de nouvelles offensives sans cesse contrées avec un aisance des plus déconcertantes de la part de Zohéir. Plonger, rebondir, tenter un tacle au niveau des genoux, pour être une fois de plus repoussé au loin. Récidiver, encore et toujours, même lorsque l'espoir vous quitte lentement, tels les grains de sables filant inévitablement entre vos doigts. Au fur et à mesure, la nature humaine de l'animux reprenait légèrement le-dessus son esprit animal aux pensées et désirs désormais focalisés sur une seule chose : la vengeance. Comme si sa vie en dépendait. Les sentiments s'immiscèrent en lui, des souvenirs, affluant de toutes part et s'attaquant à ses défendes internes. Il était attaqué de toutes parts. Finalement, le loup qui se battait ne fut plus qu'une marionnette qui tentait des attaques machinalement. Alcro fut comme déconnecté. Il ne voyait plus que les ténèbres autour de lui, se refermant autour de lui, engendrant un étau de nuit des plus insoutenables. La forme humaine qu'était le jeune garçon se divisa en deux. D'un côté, un Alcro aux traits crispés, aux sourcils arqués, à la rage se lisant immédiatement sur son visage. De l'autre, un jeune homme recroquevillé sur lui-même, tremblant de tous ses membres, hurlant à qui voulait l'entendre ses peines les plus profondes. Le premier Alcro s'approcha du deuxième et, d'un geste rageur, l'empoigna par les cheveux et l'obligea à lui faire face. Les larmes abondaient sur les joues de son sosie.

« - Tu n'es qu'un lâche.
- Mais pourquoi?!
- Regardes un peu autour de toi. Tu n'as pas su les protéger, ni Laurena, ni Eleana. Et te voilà à te morfondre sur ton sort. Oh, pauvre petit chou qui pleure !
- Je n'y suis pour rien ! S'écria-t-il. Je voulais … mais je ne pouvais pas …
- Tu ne peux jamais de toute façon ! Et ce combat avec l'elfe est totalement inutile. Que cherches-tu à la fin ? Prouver ton pseudo-courage aux yeux du monde, essayer, pour la énième fois, de paraître être quelqu'un ? Tu n'es rien. Tu n'es qu'un homme, un vulgaire parasite sur cette Terre. On t'avait donné un destin, on t'avait offert une vie. Tu lui as volontairement tourné le dos. Ça n'est même plus de l'inconscience, c'est du suicide, une connerie monumentale de ta part. Tu te bats contre l'elfe parce que tu n'as plus de but, parce qu'en vérité, c'est contre toi que tu te bats. Avoues, tu te maudis, tu cherches à en finir. Cesses de lutter, Alcro. »
Le deuxième animux qui avait cessé de pleurer se redressa lentement, et l'autre poursuivit.
« - Acceptes le fait d'être impuissant ici bas. Acceptes de n'être qu'un misérable … un moins que rien … tu n'es rien vraiment rien, pour perso... »

« - Alcro ! »


Les deux hommes volèrent soudain en éclats, comme pulvérisés par cette voix qui venait de résonner dans son esprit. Le voile noir se déroba, laissant le visage d'Eleana prendre sa place... L'animux cessa de se débattre. Il n'avait même pas remarqué que son adversaire venait d'être mis au tapis, et encore moins sa nouvelle transformation.

« - Alcro, Alcro, écoute moi. Arrête, Laurena est vivante. J’ai réussi à stabiliser son état mais elle risque d’y passer si elle n’a pas de soins importants. Maintenant. Elle a besoin de nous. J’ai besoin de toi pour la sauver. Donc s’il te plaît, arrête. »

Ils restèrent longuement ainsi immobiles, leurs yeux parlant pour eux. On dit que les yeux sont le miroir de l'âme. En cet instant, Alcro avait pu en avoir la confirmation... Les deux animux survenus dans son esprit, et qui ne lui étaient pas totalement étrangers, furent recalés dans un recoin sombre de ses souvenirs. Il n'était pas rien, il n'était pas impuissant. Eleana avait besoin de lui, maintenant plus que jamais.

« - Allons la voir. » déclara-t-il simplement, sa voix ayant retrouvé sa docilité d’antan.

Alcro saisit la main d'Eleana, davantage pour la rassurer et la soutenir qu'autre chose. Ils s'élancèrent vers la Filante agonisante sur la berge du lac. L'odeur du sang et la vue de ce corps mutilé éprirent la gorge du jeune homme. Il se pencha vers elle et l'examina. Eleana avait pansé ses plaies. La douleur peinte sur son visage témoignait de son mal grandissant. Alcro soupira. L'elfe n'y était pas allé de main morte, et malgré le courage qu'affichait Laurena en tentant de rester envie, elle n'en avait plus pour longtemps. Il se redressa et se tourna vers Eleana. Son cœur se serra lorsque les larmes perlant sur ses joues furent illuminées par les rayons argentés de la lune. Elle sanglotait silencieusement, malgré ses efforts pour rester forte. Il voulut parler, ouvrit la bouche, mais aucun mot ne possédait le pouvoir de guérir ces tristesses-là. Seuls ses bras enlaçant la jeune femme réussirent à l'aider un peu.

« - … Désolé. » souffla-t-il simplement.

[ Laissez-moi dans mon trip svp. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleana
Élite des Chasseurs de Prime ~ Résistanteavatar
Race : Filante

Compte Héros :

Messages : 656

Magie : Alpha de l'Air

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Lun 2 Juil - 3:38

Eleana ne sut pas combien de temps s’était écoulé depuis sa tirade télépathique. Des secondes, des minutes, aucune idée. Ils ne communiquaient pas à haute voix, ni par la pensée. Le seul contact qu’ils échangeaient était un regard. La jeune femme espérait que le jeune Animux se reprenne. Ce qu’il parut faire après quelques instants de réflexion intérieure.

-Allons la voir, décida finalement Alcro d’un ton calme.

Sur ces paroles, il prit la main de la jeune Filante dans la sienne et l’entraîna à sa suite vers le corps de Laurena toujours allongé au sol. Rien qu’à cette vision, le cœur de la chasseuse de prime se serra. Une fois suffisamment prêts, le jeune homme se pencha sur sa semblable et inspecta ses blessures. La jeune Alpha le regarda faire, interdite, les yeux fixés sur son amie évanouie, immobile. Comme si elle n’en croyait pas ses yeux. Que c’était un rêve, un cauchemar, une illusion, qui allait bientôt s’estomper. Seulement, lorsqu’Alcro se releva et lui offrit un visage aux traits tirés par l’inquiétude, les yeux voilés de tristesse, la jeune femme n’en croyait pas ses yeux. Elle le regardait, presque en le suppliant du regard de ne pas confirmer ses peurs. Quand ce dernier ouvrit la bouche mais qu’aucun son n’en sortit, la jeune Filante ferma les yeux en tâchant de calmer sa respiration saccadée. Elle ne s’était pas rendu compte qu’elle pleurait en silence. C’était tellement inhabituel chez elle, pleurer, c’était un concept presque inconnu. La douleur, la tristesse aussi. Elle la connaissait, mais d’une ampleur si grande.

Elle ne réagit tout d’abord pas aux bras puissants du jeune Animux qui enserraient sa taille. Elle n’eut aucune réaction, ne bougea pas, ne parla pas, ne fit rien. Comme si elle était endormie. Et qu’elle voulait se réveiller. De ce cauchemar.

-… Désolé, lâcha-t-il en renforçant son étreinte.

C’en fut trop. La chasseuse de prime rendit les larmes et laissa ses larmes couler le long de ses joues. Elle se colla un peu plus contre le torse du jeune homme en posant sa joue contre son cœur et pleura. La jeune Alpha tenait le jeune Animux avec une force presque désespérée, comme si elle risquait de s’écrouler à tout instant. Ce n’était pas possible. Il fallait qu’elle se réveille. Laurena n’était pas ...
Non, buta-t-elle mentalement. Laurena n’était pas morte. Et elle n’allait pas le devenir de sitôt. Elle était forte, elle allait lutter contre ça. Elle allait se relever, la tête haute, et ...


Durant ses pensées réconfortantes, Eleana n’avait guère fait attention au fait qu’elle avait quitté le réconfort des bras d’Alcro et était accroupie à côté de sa semblable endormie. D’une main légèrement tremblante, l’adepte de l’Air toucha le pouls de la jeune femme. Il battait si faiblement que la jeune femme eut un frisson glacial qui parcourut tout son corps. Glacée d’effroi, la jeune Filante recula, comme effrayée. Non non non … Pensait-elle avec acharnement.


Elle plaqua ses mains sur sa bouche pour stopper un sanglot. Alors qu’elle dévisageait le corps de son amie par terre, un bruit derrière elle la raidit. Les sanglots d’Eleana s’arrêtèrent brusquement. Alors que son regard se voilait et qu’elle séchait les larmes encore présentes sur ses joues, sa respiration redevint calme. D’un calme presque irréel. Lentement mais sûrement, la jeune Filante ôta ses mains de sa bouche en continuant de fixer le vague.

La jeune femme releva doucement la tête. On n’aurait rien remarqué si ses yeux ne s’étaient pas colorés de blanc. Elle serra les poings tellement forts que ses phalanges blanchirent. Le vent augmenta d’intensité autour d’eux. C’était impossible pour elle d’affronter la douleur. C’était insurmontable. Ça faisait trop mal.


Et Eleana savait parfaitement comment affronter la douleur qui l’envahissait.


La colère.

Sans prêter attention aux paroles qui lui sifflaient les oreilles, elle releva le menton en dévisageant l’endroit ciblé. L’effet ne se fit pas attendre. Le ciel crépita. Et un éclair fendit le ciel pour s’abattre juste à côté de l’Elfe. Peut-être aurait-elle du viser à côté. Peut-être, mais elle ne l’avait pas fait.

La jeune femme brune se dirigea vers l’homme à terre d’un pas rapide, les cheveux au vent, les yeux plus froids que jamais. Une fois à sa hauteur, elle ne se fit pas prier. Elle empoigna le col de la chemise de l’Elfe et le souleva de force. Une fois debout, la tueuse à gage serra la gorge de celui qui lui faisait face d’une poigne de fer. Ses yeux fusillaient l’être qui lui faisait face. Elle le regardait avec toute la colère et le mépris qu’elle ressentait. Un rictus mauvais apparut sur son visage glaçial.

Si Eleana avait été calme, elle aurait pu remarquer que le jeune homme était tourmenté et qu’il ne se débattait pas. Mais trop aveuglée par sa rage, elle ne voyait rien.


-Tu es fier de toi, maintenant, hein ? Supposa-t-elle d’une voix à faire froid dans le dos.

La chasseuse de prime serra encore plus sa prise sur la gorge de son assaillant en faisant bien attention à planter ses ongles dans sa chaire. Assez affaibli par le combat précédent contre l’Animux, le jeune homme n’eut aucune réaction lorsqu’Eleana le jeta à terre sans présomption. La jeune femme lui balança un coup de pied dans l’abdomen pour le faire allonger sur le dos. Elle appuya son pied sur la poitrine de l’elfe et le regarda dans les yeux.

-Qu’est-ce que ça t’apporte, hein ?! Dit moi ! S’écria-t-elle.

Ne pouvant plus contenir sa rage trop longtemps, elle se jeta sur lui et le laboura de coups. Evacuant par la même occasion sa colère.


Quelqu'un la souleva de terre, l'empêchant de se défouler sur la seule personne auquelle elle voulait voir le sang couler en cet instant. Eleana se débattit comme une folle, mais en vain. La personne qui la maintenait tenait bon. Une douce odeur lui arriva aux narines, lui permettant d'identifier la personne en question.


-Alcro ! Cria-t-elle. Lâche-moi ! Laisse moi l'étrangler ! Je veux le tuer !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcro
Élite des Voleurs ~ Résistantavatar
Compte Héros :

Messages : 770

Magie : Gamma de l'Air

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro} Ven 6 Juil - 12:45

Le cœur d'Alcro se serra lorsque les yeux gris tempête d'Eleana brillèrent davantage, laissant échapper une larme nacrée qui roula doucement sur sa joue avant qu'elle ne plaque celle-ci contre son torse. C'était la première fois qu'il voyait la jeune Filante aussi bouleversée, qui paraissait si … faible ? Le mot ne convenait pas en ces circonstances. Simplement, il avait d'elle l'image d'une femme fière et forte, incapable d'admettre ne serait-ce qu'une légère blessure physique ; alors lorsqu'il s'agissait d'une lésion intérieure, le détecter relevait de l'impossible …
Mais elle était là, agrippée à lui comme si elle se cramponner à la vie à la place de Laurena, ou bien se maintenait elle-même debout. Il la sentait flancher, et ce, sur tous les plans. Ses mains tremblaient et les larmes mouillaient ses habits. Alcro soupira, le visage grave, et releva la tête pour espérer apercevoir un signe du ciel. Le monde était devenu son terrain de jeu, la nuit, sa mère, veillant doucement sur lui. Il avait appris à décrypter les caprices des cieux sous le règne des étoiles. Il y avait bien longtemps qui ne s'était pas attardé sur celles-ci, qu'il n'avait pas simplement rêvé le monde, préférant vivre ses rêves … Rêve rime parfois avec espoir. L'animux soupira, tandis qu'Eleana se desserrait de son étreinte pour s'approcher de son amie. Se souvenant des excellents médecins que l'on pouvait trouver dans toute Capitale se respectant, il interpella mentalement son dragon, Könto.
Ce soir, l'espoir était un terme presque inconnu …
Son alpha tâta le pouls de Laurena, avant de plaquer vivement ses mains sur sa bouche, bouleversée. Le jeune homme sourit tristement, ravalant les quelques larmes qui embuèrent son regard émeraude soudain terni. Soudain, un bruit sourd pétrifia les deux élémentaires. Alcro regarda silencieusement, comme pétrifié, Eleana se relever dans une tension insoutenable. Il ressentait presque la colère émaner d'elle, grandir jusqu'à engloutir entièrement les lieux. Elle se retourna vers l'elfe, dans une lenteur telle que la rage qu'elle contenait n'en paraissait que plus forte, menaçant d'éclater à tout instant. L'atmosphère s'alourdit, et Alcro frémit en constatant que ses yeux étaient désormais couverts du voile si particulier, formé par son union avec l 'Air. Il écarquilla les yeux, comprenant les intentions de la Filante, mais avant qu'il n'ait pu esquisser le moindre geste …
… Un éclair frappa le sol dans un formidable fracas.
Eleana se précipita vers Zohéir, qui était à terre, abasourdi.
Alcro, lui, n'osait pas bougé. La colère semblait avoir décuplé ses forces car, lorsqu'elle empoigna l'elfe par le col, elle le releva à la vitesse de l'éclair.
Alcro ne bougeait pas.
Ses doigts, devenus de terribles armes porteuses de main, se refermèrent sur le cou du jeune homme et le serrèrent de toute la rage et la rancune qu'elle ressentait.

« -Tu es fier de toi, maintenant, hein ? »

Alcro ne bougeait pas.
Eleana resserra son étau mortel, jusqu'à planter ses ongles dans son cou, les souillant du sang de l'elfe. Zohéir non plus ne bougeait pas. Le jeune Gamma de l'air crut enfin déceler une partie d’humanité dans son regard. Il fronça les sourcils. Était-ce là du remord qu'il voyait briller dans ses yeux ? … Il en éprouva presque de la pitié pour lui. Il n'avait pas tout à fait tort, seulement il ne connaissait pas la véritable raison de ce remord, qui n'était non pas celui d'avoir sauvagement arraché la vie de Laurena … Mais celui d'exister. D'être ce qu'il était.
Tout simplement.
Eleana jeta l'homme à terre et l'y maintient de son pied s'enfonçant entre ses côtes.

« - Qu’est-ce que ça t’apporte, hein ?! Dis moi ! » cracha-t-elle, hors d'elle, avant de se jeter sur lui pour le rouer de coups.

Cette fois, Alcro avait bougé.
En moins de temps qu'il n'aurait fallu pour le dire, il souleva la jeune femme de terre et l'éloigna le plus rapidement possible de l'assassin. Elle eut beau se débattre comme une forcenée, il ne lâcha pas prise.

« - Alcro !  Lâche-moi ! Laisse moi l'étrangler ! Je veux le tuer ! »

Il ne put réprimer un rire froid.

« - Le tuer ?! Mais tu lui ferais bien trop plaisir, Eleana ! Ce mec est avide de sang et de mort. La souffrance est son monde, alors laisses-le évoluer dans une dimension qui n'est pas sienne et qui le rejette. Laisses-le donc plier sous le poids du remord qui l'accablera toute sa vie. »

Peut-être ces paroles étaient prononcées en l'air pour Alcro, mais il ne pouvait savoir à quel point elles étaient vraies. Tout ce qu'il souhaitait, c'est que la Filante se calme et cesse d'ignorer ses sentiments en se nourrissant de sa propre colère. Ils s'arrêtèrent aux côtés de Laurena, et, enfin, l'ombre de son dragon se profila sur la terre battue souillée de sang. Il se posa non pas sans bruit entre eux et Zohéir. Alcro laissa la jeune femme glisser à terre, soulagé en constatant qu'elle n'avait plus vraiment l'intention de tuer celui qui avait mutilé son amie, avant d'enlacer celle-ci et de la porter jusque sur le dos de son familier. Il ne put réprimer une crispation de dégoût, tandis que le sang se répandait sur lui. Il invita Eleana à monter derrière, puis, une fois qu'ils furent tous prêts à s'envoler, son regard s'arrêta sur Zohéir.
En cet instant, le terme de mort-vivant aurait très bien pu être de vigueur. L'elfe gisait au sol, les yeux perdus dans le vague, cherchant désespérément la mort qu'il n'avait toujours pas vue emporter Laurena. Alcro arqua les sourcils, avant de se glisser lentement à terre et de se diriger vers celui-ci, malgré les protestations de son amie.
Quoiqu'on en dise, l'animux était un sensible incapable de fermer les yeux sur les douleurs d'autrui, même ceux avec qui il ne s'entendait pas forcément très … bien. Encore là un aperçu de son plus grand défaut, celui de percevoir le monde comme partagé entre le bien et le mal. Il refusait d'admettre que Zohéir pouvait appartenir à une dimension bien plus sombre que la sienne, nourrie des sentiments les plus noirs de l'humanité. Au fond de lui, l'espoir de le ''ramener à la raison'' persistait. Il se pencha, passa les bras sous ceux de l'elfe et l'obligea à se redresser, avant de le traîner jusqu'à Könto. Il ne bougeait plus, ne manifestait plus aucun signe de vie. Seul son souffle, glacé fut-il témoignait d'une présence de vie. L'animux le cala devant lui, voulant éviter une nouvelle altercation entre Eleana et lui.

« - On y va. » dit-il à l'adresse du dragon qui s'éleva rapidement dans les airs, avant de filer dans la nuit …

Alcro se retourna une dernière fois vers les terres désertiques, illuminés des pâles rayons lunaires. Un triste sourire étira de nouveau ses lèvres : Ils étaient venus trouver un anneau d'or rouge, il était venu à la recherche d'aventure. Il croyait être tombé sur une potentielle nouvelle amité.
Il ne trouva là que mort et confrontation avec ses quatre vérités... Une nouvelle vérité s'imposa à lui : peut-être qu'après cette aventure, il était de son devoir de grandir un peu ...

A l'aube, les rayons du soleil carressèrent les terres des dragons, illuminant la seule trace de leur passage : une immense tâche de sang sur la berge du lac ...

| FIN |
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro}

Revenir en haut Aller en bas

[Fini] Sur les terres des dragons ... {Pv : Laurena, Zohéir, Alcro}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde d'Eséphia :: Ancien Monde :: Terres de cendres-