Les Nécrosoris au pouvoir, la traque commence
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« Une rencontre inattendue » [PV Hitsuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Maïwenn
avatar
Race : Animux

Compte Héros :

Messages : 4

Magie : Gamma de l'Air

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: « Une rencontre inattendue » [PV Hitsuna] Jeu 19 Juil - 8:47

La soudaine averse s'était arrêtée aussi sec qu'elle n'était apparue. Quelques instants plus tard, l'épais nuage grisâtre laissait échapper quelques pâles rayons du soleil, bénédiction pour les êtres peuplant la forêt. Un oiseau, insouciant et trop subjugué par cette soudaine éclaircie, quitta son perchoir pour se poser en douceur sur le sol parsemé de feuilles, d'herbe et de fleurs à la recherche d'un vers. Tout à coup, un sifflement scinda l'atmosphère paisible et, en mois de temps qu'il n'eut fallu pour le dire, l'oiseau tombait raide mort contre une racine.
Maïwenn esquissa un sourire sadique, posa son arc à terre et se faufila sans bruit jusqu'à sa victime. Il était passé de prédateur à gibier, de celui qui regarde avec appétit le contenu de son assiette à ce même contenu. La jeune fille arracha avec peu de douceur la vulgaire flèche qui traversait le petit corps du volatile. Ainsi était faite la vie et la chaîne alimentaire.
Une légère brise vint agiter les branches des arbres, engendrant un jeu de lumières au sol. Maïwenn n'en était pas insensible : aussi resta-t-elle un moment immobile, contemplant ces petites merveilles de la nature auxquelles autrefois elle n'aurait prêté attention. A cette constatation, elle ne put réprimer un soupire chargé d'amertume.
Une lointaine époque qui semblait lui être filée entre les doigts …
Elle secoua la tête et reprit ses esprits. Il n'était pas question de replonger, une nouvelle fois dans la mélancolie du passé. Ce qui était fait était fait, point barre. Elle ne pouvait s'opposer au destin. Désormais, la forêt était son royaume, et elle en était la reine. Elle n'avait nullement besoin de l'aide d'autrui, malgré sa situation qui puisse paraître difficile aux gens de la ville : elle était forte, elle avait survécu, et vivrait encore longtemps …
Maïwenn récupéra l'arc qu'un artisan du village lui avait offert il y a bien longtemps. Elle avait beau eu rechigner, plus par principe qu'autre chose, rien n'y fit : elle dû retourner dans sa forêt armée d'un arc. Les habitants de son ancien village ne comprenaient pas pourquoi elle avait délibérément décidé de mener une vie d'ermite, dans des conditions exécrables et, qui plus est, si jeune … Mais ils ne comprenaient également pas que depuis l'accident, elle avait développé un dégoût inimaginable contre l'être humain et contre elle-même. On l'avait contrainte à vivre seule, elle avait été abandonnée par sa famille : alors autant faire les choses jusqu'au bout et s'isoler complètement.
Ses pas la menèrent jusqu'à la lisière des bois. Là, elle pouvait apercevoir les bâtiments de pierres du village. Chaque fois qu'elle le voyait, elle ressentait toujours un amer pincement au cœur. Mais son orgueil et sa fierté l'empêchaient toujours de revenir sur ses lourdes décisions, ou encore de se morfondre sur son sort. Elle ne repartait que plus gonflée de colère, moyen d'échapper à ce qu'elle redoutait le plus : une confrontation avec ses sentiments...
Maïwenn rebroussa chemin, enjamba un mince cours d'eau, esquiva des taillis de ronces pour arriver jusqu'à sa caverne. D'énormes rochers s'amassaient au beau milieu de la forêt, et formaient une caverne exiguë. Autrefois celle-ci était la propriété d'une ours, mais des chasseurs l'ayant tuée, la jeune fille s'était précipité vers cet abri de fortune et, à partir de ce moment-là, le défendit bec et ongles. Lorsque les animaux de la forêt cessèrent leurs assauts et l'évitèrent, elle vint peu à peu à gagner le titre de la prédatrice la plus dangereuse des environs. Maïwenn s'accroupit, pénétra par une large fente, rampa quelques mètres avant de déboucher dans une grotte sombre et lugubre. Elle ne se leurrait pas : elle devait cette supériorité à ses dons magiques, concernant le maniement du vent. Rapidement, comme si se déplacer dans une quasi-obscurité était une seconde nature chez elle, elle s'empara d'un sac de toile et ressortit de son abri. Il contenait une boite d'allumettes qui lui servit pour allumer un feu. En mois de vingt minutes, l'oiseau était déplumé et rôtissait sur le feu. La jeune élémentaire s’apprêtait à le déguster lorsqu'un craquement dans son dos la fit sursauter. Elle se redressa aussitôt, s'empara d'une flèche dans le carquois pendant dans son dos et bandit son arc, prête à tirer au moindre problème. Des milliers d'années menées en solitaire avaient fait d'elle une archère émérite. Qui cela pouvait-il bien être ? Son sixième sens l'alertait de quelque chose d'anormal. Ses yeux se voilèrent de blanc alors qu'elle s'unissait avec l'air. Elle décela grâce à lui la présence d'un inconnu, sûrement caché derrière un arbre. Pourtant il ne semblait pas non plus appartenir à la race des Animux, alors qu'ils se trouvaient au beau milieu d'Ertenot, leur nation. Un léger frisson d'appréhension parcourut l'échine de Maïwenn, qui resserra un peu plus ses doigts sur sa corde jusqu'à ses phalanges branchissent.

« - Qui est là ? » tonna-t-elle, chassant toute crainte de sa voie dure et sèche.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hitsuna
Résistanteavatar
Race : Ange

Compte Héros :

Messages : 21

Points de récompenses : 1


Infos au combat
Points de vie:
30/30  (30/30)
Points de mana :
20/20  (20/20)
.:
MessageSujet: Re: « Une rencontre inattendue » [PV Hitsuna] Ven 20 Juil - 8:34

Et c'est à ce moment que nous fusionnâmes pour ne faire plus qu'un.
À l'instant même où je me couchais sur son encolure, nos esprits se connectèrent et je ressentis tout ce qu'il ressentait.
Je ressentais le vent dans sa crinière, le bruissement des feuilles dans ses oreilles, le sol meuble sous ses sabots ou encore le déplacements des petits habitants de la forêt, dérangés par notre course effrénée.
Cette connexion me permettait de me détacher ne serait-ce que quelques heures, de l'agitation des Éséphiens en tout genre et du doute planant sur toutes nos actions. Elle me permettait de me sentir vraiment libre et de faire le vide dans mon esprit. Je pouvais classer mes pensées et enfouir profondément mes angoisses dans les abysses de mon être, jusqu'à ce qu'elles ne ressortent à nouveau et que je doive recommencer cette démarche. Elle m'aidait également à prendre des décisions importantes ou à faire un choix.
Cette fusion avait lieu à chaque fois que j'étais avec Naomi.
Naomi était mon rayon de soleil, mon rêve éveillé mon libérateur. Naomi était mon confident, mon ami, mon cheval.
Je rompis la connexion lorsque je ressentis son inquiétude. J'avais appris à mes dépends que lorsque quelque chose d'anormal se passait, il valait mieux tout arrêter et tout vérifier. Je me redressais et repassais tranquillement au pas.
Je regardais ensuite autour de moi et découvris que je me trouvais dans une partie de la forêt que je n'avais encore jamais visitée. C'était une partie assez sombre mais qui ne me procurait aucune inquiétude. Je m'associais avec l'air un instant pour mieux ressentir le lieu mais ne décelais absolument rien de suspect.
Je mettais donc l'inquiétude de Naomi sur le compte de la nouveauté de l'endroit.
Je regardais le ciel pour me renseigner sur le temps me restant avant que la nuit ne tombe.
Bien, je pouvais explorer cette partie de la forêt. Une personne prudente aurait certainement rebroussée chemin mais mon incapacité à tenir en place et ma curiosité me poussèrent à continuer mon exploration. Au fur et à mesure que j'avançais, la végétation devenait de plus en plus dense et ça n'était pas pour rassurer mon étalon. Mais quel trouillard. Son caractère contrastait à merveille avec le mien. C'est peut être pour cette raison que mes parents avaient décidés de nous unir.
Le sentier que je suivais depuis déjà quelques minutes fini tout simplement par disparaître et progresser tout droit devint impossible. Je sentis ma monture se raidir et je décidais de mettre pied à terre et de continuer près de lui. Je me penchais pour lui murmurer quelques mots à l'oreille pour le calmer quand un oiseau s'envola d'un bosquet juste sous le nez de Naomi. Ce dernier prit peur et se cabra. Je fus projetée en avant mais réussis, je ne sais comment, à rester sur son dos.
Une fois qu'il fut calmé, je descendis aussitôt et entrepris de faire un bilan des dégâts. Aucun de nous n'était blessé mais il était coincé dans un arbuste de ronces. Les épines lacéraient sa robe noir jais et le sang commençait à suinter des plaies Je le débloquais tant bien que mal puis utilisais mon union avec l'air pour dégager un passage et le laisser se remettre de ses émotions dans une clairière, au calme.
J'aurais du rester auprès de lui, mais une voix intérieure me poussait à m'enfoncer encore plus dans la forêt et bien sûr, je l'écoutais.
Au bout de quelques minutes, je décelais une présence. Je m'unis aussitôt à mon élément et ressentis bien une présence, un être vivant, il y avait aussi du feu à proximité de lui. Je décidais de me rapprocher, mais par les airs. Aussitôt pensé, aussitôt fait. Je décollais silencieusement dans un souffle. Lorsque je fus au dessus de l'inconnu, je me posais, mais en atterrissant, j'écrasais une brindille qui, en se brisant, produisit un craquement sonore. Ma connexion avec l'air m'appris que l'inconnu m'avait découverte. Je jurais mentalement.
Peu de temps après, j'entendis une voix féminine tonner :
« - Qui est là ? »
La voix n'était pas rassurante mais, étrangement, je n'avais pas peur. Je sortis alors de l'ombre et m'approchais lentement de la jeune fille. Elle bandait un arc et je pris donc toutes les précautions nécessaires pour ne pas avoir l'air menaçante, puis je répondis d'une voix claire et nette :
« - Moi. »
Je ne pouvais pas faire plus simple. Puis j'attendis sa réaction, la scrutant sous tout les angles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Une rencontre inattendue » [PV Hitsuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde d'Eséphia :: Nouveau Monde :: Erténot :: Satinkäss :: Forêt des Murmures-